BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

11 avril 2015

PENURIE DE VACCINS ORGANISEE

Vaccins pentavalents (DTCoqPolio+ Hemophilus)
INFANRIX QUINTA et PENTAVAC

Depuis l'automne 2014, il est apparu une difficulté d'approvisionnement qui s'est vite transformée en rupture totale de délivrance des vaccins pentavalents (contenant les valences diphtérie, tétanos, coqueluche, polio et Hémophilus Influenzae b) couramment utilisés chez le nourrisson depuis des années. Ceci a d'abord touché l'Infanrix-Quinta, la spécialité du laboratoire GSK, puis très vite le Pentavac, copié-collé de son concurrent et néanmoins collègue Sanofi-Pasteur-MSD. Que signifie réellement cet arrêt de livraison qui est annoncé pour se prolonger jusqu'à la fin 2015 ?





Premier acte, la disparition programmée du vaccin DTPolio


Il faut savoir en premier lieu tirer les leçons de l'histoire vaccinale franco-française. Est-ce que l'on n'est pas en train de nous rejouer le coup de la suppression du vaccin DTPolio Mérieux (sans adjuvant aluminique). Celui-ci avait d'abord été déclaré "indisponible" pendant plusieurs mois pour également "rupture de la chaîne de fabrication".  Après ce ballon d'essai, un retour de quelques mois sur le marché l'avait fait réapparaître, peut-être pour écouler les restes non encore périmés du stock Mérieux. Mais revirement brutal, en juin 2008, survient une mystérieuse apparition d'un "excès de réactions allergiques" pour un vaccin bien connu et commercialisé depuis plus d'une quarantaine d'années (Autorisation de mise sur le marché ou AMM datant de 1966). La commercialisation du DTPolio est brutalement interrompue par la pharmacovigilance (ANSM) sur demande du laboratoire producteur Sanofi-Pasteur-MSD. Ceci permet de ne plus vendre que le seul vaccin Révaxis (avec adjuvant aluminique), trustant le marché des DTPolio, tout en n'ayant plus ainsi qu'une seule chaine de production au lieu de deux. Il est vrai que le "vieux" DTPolio avait fait son temps et ne se vendait que 6,71 € alors que le "jeune" Révaxis s'affiche à 10,23 €. 

Résultat de recherche d'images pour "vaccin dtpolio sans aluminium"
Logo de l'association E3M
Il est indéniable que les responsables de l'ANSM se sont fait plus ou moins manipuler dans cette fable "d'excès de réactions allergiques". Lorsque l'on regarde les chiffres exacts d'effets secondaires rapportés par le producteur, on a du mal à croire que ces chiffres n'ont pas été triturés. Sur les deux années 2007/2008, les pourcentages respectifs des doses vaccinales vendues sont de 72% pour 2007 et donc 28% pour 2008. Or les effets indésirables rapportées par le fabricant sur ces deux mêmes années sont inversés, respectivement 21% en 2007 et 79% en 2008. La probabilité statistique d'une telle répartition est de 1,16/100.000... Cherchez l'erreur, il est en fait probable que des allergies survenues en 2007 aient été décalées de quelques mois afin de venir gonfler les réactions allergiques du début de l'année 2008 comme l'ont bien repéré les responsables de l'association E3M (1) qui regroupe les victimes des effets indésirables de l'aluminium vaccinal (entrainant une affection baptisée myofasciite à macrophages).


Deuxième acte, le défaut d’approvisionnement des vaccins pentavalents DTCoqPolio+Hémophilus Influenzae b (Infanrix-Quinta et Pentavac). 


Cette pénurie est bizarrement survenue quasiment en même temps sur les chaines de fabrications des deux industriels GSK puis Sanofi-Pasteur-MSD. On nous prédit "des tensions d’approvisionnement sur l’ensemble de l’année 2015 avec possibilité de ruptures de stock ponctuelles". En réalité, ces deux vaccins sont désormais introuvables (où après un véritable parcours du combattant).

Les pharmaciens nous proposent de les remplacer par leur petits frères tétravalents DTCoqPolio (Infanrix-Tétra et Tétravac) en les mélangeant si besoin avec la valence Hémophilus Influenzae b (Act-HiB). Mais ce sont désormais ces deux succédanés qui deviennent difficilement dénichables dans les officines et qui vont progressivement disparaître à leur tour de la circulation vaccinale.

Que disent les industriel du vaccin ? Selon le laboratoire GSK, il ne s’agit pas à proprement parler de ruptures de stock mais plutôt de « fortes tensions qui ne permettent pas de répondre à toutes les demandes de manière satisfaisante »... Ses responsables annoncent « s’attacher à allouer les doses disponibles, dans le respect du calendrier vaccinal de chaque pays ». Si on lit bien entre les lignes, le Comité technique des vaccinations recommandant le vaccin hexavalent (contenant la valence contre l'hépatite B) de façon systématique chez tous les nourrissons en France, nous nous engageons à vous délivrer que ce vaccin et rien d'autre. Vos voisins européens (2), où la vaccination contre l'hépatite B systématique n'est pas conseillée (Grande-Bretagne, Hongrie, Islande, Finlande, Norvège, Suède, Slovénie), pourront par contre bénéficier de cette exclusivité.



La raison résiderait en partie dans une hausse des demandes de vaccin coquelucheux cellulaire à l’échelle mondiale qui, pour le laboratoire Sanofi-Pasteur-MSD, conduit exceptionnellement « à des difficultés d’approvisionnement concomitantes pour les deux vaccins pentavalents ». Sauf qu'on ne peut s'empêcher de remarquer que le vaccin Infanrix-Hexa (visant 6 maladies dont la coqueluche) reste, lui, totalement disponible comme si cette difficulté ne le concernait pas. 



Troisième acte: Comment respecter la sacro-sainte obligation légale vaccinale (les 3 valences contre DT et Polio) lorsque la pénurie fait rage?


- Pour les injections du nourrisson, ou bien on attend le déluge... ou bien on achète le vaccin hexavalent, commercialisé sous le nom d'Infanrix-Hexa (DTCoqPolio + Hémophilus Influenzae b + Hépatite B) contenant donc la valence contre l'hépatite B que certains parents refusent d'injecter chez leurs enfants, ce qui est leur droit absolu (Pour ceux qui penseraient encore que la myéline n'existe pas chez le nourrisson et ne saurait donc pas être touchée, lire l'article "Le vaccin, la myéline et l'enfant" ).

Troisième possibilité, d'après un communiqué du HCSP (Haut conseil de santé publique), "certains centres de Protection maternelle et infantile (PMI) ou d’autres centres publics de vaccination possèdent en stock des doses de vaccins pentavalents" (3). De façon très curieuse, ses responsables préconisent d'organiser un circuit parallèle de vaccination: "le HCSP recommande que les vaccins pentavalents ne soient plus disponibles en officine et qu’un circuit soit mis en place (par exemple via les grossistes répartiteurs) pour permettre l’accès au vaccin des populations prioritaires". Lorsqu'on lit cela, on se croirait revenu à l'époques des tickets de rationnement et on imagine facilement la mise en place d'un marché noir de vaccins vendus sous le manteau. En réalité, ce circuit officiel sera vite tari du fait des fameuse "tensions" dont souffrent nos pauvres producteurs de vaccins. 

Bénéfices pour le Ministère de la santé, l'augmentation mécanique du pourcentage de couverture vaccinale contre l'hépatite B des nourrissons en forçant
les parents craignant de laisser passer l'heure de la vaccination protectrice à ne plus leur proposer la liberté de choix.
    
Bénéfices pour les actionnaires de GSK: 

- L'Infanrix-Hexa est vendu 40,04 € et l'Infanrix Quinta 27,21 €, sachant que chaque nourrisson reçoit 3 injections dans sa première année de vie. La vente quasi forcée de vaccins hexavalents dégage donc un gain de 38,50 € par enfant. Si les 813.000 nouveau-nés français (données INSEE 2014) sont tous vaccinés par ce seul vaccin disponible, le bonus pour GSK est d'environ 31 millions € chaque année.

- Pour les rappels, s'il n'y a plus de vaccin tétravalents DTCoqPolio, il reste à utiliser les présentations adultes seules disponibles (Boostrix Tétra et Répévax) à valences diphtérique et coqueluche réduites et dont l'AMM a été avancée il y a peu de temps afin de trouver une solution de "dépannage".   
Résultat de recherche d'images pour "laboratoire gsk"
  Le bonus pour les actionnaires de GSK : Boostrix Tétra est vendu 25 € et Infanrix-Tétra 14,88 €. Match nul pour les actionnaires de Sanofi-Pasteur : Répévax coûte 25 € contre un Tétravac acellulaire à 14,88 €. Il est recommandé deux rappels pour ce DTCoqPolio chez l'enfant (6 ans 1/2 et 11 ans 1/2) avec donc une facture supplémentaire annuelle de 16,5 millions € si tous les parents suivent les recommandations vaccinales officielles. 

Perte et profits pour la CPAM : prenez vos calculettes, sachant que les vaccins sont remboursés par la CPAM (c'est à dire l'ensemble des citoyens) à 65%... Qui continue de creuser le "trou de la Sécu" ?


Epilogue: Cette rupture de "coke en stock" sent l'entourloupe à plein nez. 





On comprend mal comment deux grands laboratoires internationaux producteurs de vaccins voient leurs chaines de fabrication du même produit se mettre en roue libre puis en panne sèche en même temps. L'objectif premier est très certainement de simplifier les processus de fabrication, de supprimer les vaccins peu rentables et de travailler  "à flux tendu" (pour éviter les stocks et les pertes) afin d'améliorer la rentabilité financière des firmes et contenter les actionnaires. 

Il est vrai que nos pauvres "partenaires" de l'industrie subissent la crise de plein fouet lorsque l'on regarde leurs comptes. Pour info, Sanofi avait publié en 2013 un chiffre d'affaire (C.A.) de 33 milliards € dont 3.7 milliards pour la branche vaccins. Le résultat opérationnel est de 9.3 milliards € (28% du C.A.) dont les actionnaires se sont partagés 3.7 milliards. En 2014, le chiffre d'affaires du groupe GSK était équivalent, environ 30,5 milliards €, avec un bénéfice net de seulement 3,6 milliards € (A signaler que le groupe avait dû payer de surcroît une amende équivalente à quelque 300 millions de livres en Chine, où le groupe pharmaceutique avait été reconnu coupable d'avoir versé des pots-de-vins pour doper ses ventes, avec des peines de prison pour cinq cadres dirigeants du groupe dans ce pays...)

Parmi les actionnaires qui reçoivent cette belle manne, il y a le groupe "L’Oréal", propriété de la famille Bettencourt. L'Oréal détient 8,95% des actions et dispose de 16,26% des droits de vote de Sanofi (chiffres d'août 2014). Il s'agit de l'actionnaire principal avec ensuite beaucoup de fonds de pension. L'Oréal a créé la fondation Bettencourt. Celle-ci finance de manière très importante les travaux d'une équipe de l’hôpital de la Salpêtrière (Les Pr. Brücker, sa compagne Christine Katlama ainsi que la Pr. Brigitte Autran, au travers de trois associations qui travaillent notamment à la recherche sur les vaccins, dont ceux contre le SIDA). Pour la petite histoire, le Pr. Brücker, ancien directeur général de l'INVS (Institut national de veille sanitaire), est le médecin qui a attesté de la bonne santé mentale de Mme Bettencourt, alors que ce n'était semble-t-il pas le cas... (4) Quant à Mme Brigitte Autran, immunologiste, elle est membre éminent du Comité Technique des Vaccinations, qui conseille le gouvernement dans ses choix de politique vaccinale. On imagine facilement que les petits arrangements entre amis sont facilités par ces intrications financières majeures








Résultat de recherche d'images pour "robert cohen pediatre"
Dr Robert COHEN, coordonnateur d'Infovac
 et directeur scientifique d'ACTIV


On peut lire avec intérêt un récent bulletin du "sous-traitant" INFOVAC (5). Ce consortium d'experts ès-vaccinations se déclare totalement indépendant de l'industrie pharmaceutique mais il est en fait pieds et poings liés vis-à-vis de celle-ci. Il est financé par l'association ACTIV qui vit en très grande partie de subsides des laboratoires. On y lit une plaidoirie compatissante pour leurs partenaires de l'industrie mais aussi un aveu implicite. La demande mondiale oblige " les fabricants à faire des choix sur les produits finis à privilégier." (Et donc en clair les plus rentables). Les experts acceptent cet état de fait sans trop s'en plaindre, vu l'augmentation du pourcentage de nourrissons qui recevront "à l'insu de leur plein gré" le vaccin de l'hépatite B. Il faudra faire avec, en rejetant la faute sur "les autorités de santé" qui n'ont qu'à se débrouiller: "Il va falloir malheureusement s’habituer aux difficultés d’approvisionnement et que les autorités de santé établissent des stratégies de remplacement rapidement".


Laissons pour finir la parole aux personnes dépourvues de conflits d’intérêts:


La revue indépendante "Prescrire" est plus réaliste et clairvoyante (6): "Faute d'explications convaincantes de ces défauts d'approvisionnement par des firmes trop puissantes, cette situation ouvre la porte à diverses interprétations. Soit les processus de fabrication sont en cause, et les firmes auraient failli à leur mission de sécuriser un approvisionnement important pour la santé publique... Soit il s'agit de tensions qui visent à faire évoluer, par la contrainte, le calendrier vaccinal par souci d'uniformisation ou de rentabilité, ce qui serait inacceptable."

En 2013, la députée européenne Michèle Rivasi estimait alors en parlant du vaccin DTPolio qui avait été effacé des tablettes vaccinales : « Nous sommes ni plus ni moins dans un schéma de vente forcée et de désinformation du consommateur." Serions-nous à nouveau dans le même cas de figure ?


Dominique LE HOUEZEC


PS: Vifs remerciements à Didier Lambert et Serge Rader pour toutes leurs données chiffrées.


(1) Association E3M " Des données falsifiées permettent de faire disparaître le DTPolio sans aluminium." 16.01.2014
(2) European Centre for disease prevention and control. Vaccine schedule
(3) HCSP.  Avis relatif aux ruptures de stocks et aux tensions d’approvisionnement des vaccins combinés contenant la valence coqueluche. 25 février 2015
(4) Libération: Un couple de médecins bien soignés par Liliane Bettencourt. 7.09.2010
(5) Infovac. Bulletin Janvier N° 1/2015
(6) La revue Prescrire. " Vaccins tétravalents et pentavalents de l'enfance: tensions d'approvisionnement" Mai 2015; 35, N° 379: 342

229 commentaires:

  1. Qu'est ce qu'on peut faire en tant que parents si on ne veut pas de la vaccination contre l'hépatite B pour ses enfants?

    RépondreSupprimer
  2. Il y a deux solutions actuelles:
    - soit dénicher un vaccin quadrivalent (Tétravac ou Infanrix-Tétra) avec ou sans un vaccin anti-Hémophilus Influenzae (Act-HiB)
    - soit se rendre dans une des PMI de votre ville qui bénéficieraient en principe de livraisons prioritaires de vaccin pentavalents (Pentavac ou Infanrix-Quinta) selon les dires du Ministère de la santé. Expliquer que vous ne souhaitez pas que votre enfant soit vacciné contre l'hépatite B, que c'est votre droit en tant que parents, responsables prioritaires de la santé de votre enfant.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis maman d’une petite Charlotte qui a aujourd’hui 3 mois. Pédiatre, médecin généraliste, tout le monde veut la vacciner avec l’Infanrix-Hexa mais je refuse en raison de la présence du vaccin contre l’hépatite B.
    Le problème c’est que je ne trouve nulle part de vaccin sans Hépatite B. Les pharmacies sont toutes en rupture sans délai de réapprovisionnement.
    La PMI m’a indiqué avoir un stock mais qui était réservé aux enfants ayant une contre-indication médicale par rapport au vaccin de l’hépatite B (laquelle, je ne sais pas !) et le CDHS de Lyon ne prend pas les enfants en dessous de 6 ans.
    Bref, je n’ai aujourd’hui pas de solution et ma nourrice me met la pression car ma petite n’est pas vaccinée. Je ne sais plus quoi faire,

    RépondreSupprimer
  4. Vous n’êtes malheureusement pas la seule à vous inquiéter de cette situation de carence de vaccins sans la valence de l'hépatite B. J'explique les raisons probables de cette carence organisées sur l'article que vous pouvez lire ci-dessus. Il est probable que l'une des raisons (qui arrange bien le Ministère de la santé) est la quasi-obligation qui en résulte pour les parents de se rabattre sur le vaccin hexavalent (Infanrix-Hexa). L'autre raison est un argument financier, l'hexavalent (Infanrix-Hexa) étant plus cher que les 2 pentavalents (Infanrix-Quinta et Pentavac).
    Par ailleurs, les parents sont les seuls responsables de la santé de leur enfant. Il est donc illégitime de vous imposer une valence vaccinale que vous ne souhaitez pas réaliser pour votre enfant. Il est prévu par les autorités sanitaires que les parents qui ne souhaitent pas faire le vaccin de l'hépatite B puissent s'adresser dans une PMI, système qui reste prioritaire pour la délivrance de ces vaccins pentavalents encore disponibles. Ceci est écrit noir sur blanc dans les recomandations émises par le Haut conseil de santé publique (HCSP) qui contient la phrase suivante :
    "Un nombre limité de doses de vaccins pentavalents restera disponible. Afin de contrôler l’utilisation de ces doses qui doivent être réservées à des populations prioritaires (dont celles qui refusent le vaccin hépatite B), le HCSP recommande que les vaccins pentavalents ne soient plus disponibles en officine et qu’un circuit soit mis en place (par exemple via les grossistes répartiteurs) pour permettre l’accès au vaccin des populations prioritaires."
    Le discours des responsables de la PMI qui vous ont opposé un refus en prétextant seulement cette possibilité pour les enfants ayant soit-disant une contre-indication au vaccin de l'hépatite B (laquelle ?) ne respecte pas les recommandations de leur autorité de tutelle en voulant vous obliger implicitement à réaliser un Infanrix-Hexa.
    En dernier recours, il est aussi possible de trouver un vaccin quadrivalent DTCoqPolio (Infanrix-Tétra ou Tétravac), et d'associer de façon séparée un vaccin contre l'Hémophilus Influenzae b (Act-HIB). On trouve encore parfois ces vaccins en téléphonant dans plusieurs pharmacies.
    Quant aux plaintes de votre nourrice, elles sont à banaliser. Ce n'est pas une assistante maternelle qui décide qui doit être vaccinée et avec quel vaccin. Jusqu'à preuve du contraire c'est le père de votre fille et vous-même. Personne de l'entourage de votre fille ne sera en danger si elle n'est pas vaccinée dans les semaines à venir contre diphtérie, tétanos, coqueluche et polio. Seule la coqueluche est une maladie transmissible mais elle se manifeste par une toux intense qui ne passe pas inaperçue.. d'autre part, le contaminateur des enfants atteints par une coqueluche est en général l'un des parents ou une personne qui garde l'enfant. Ce serait donc plutôt à vous de vous enquérir de savoir si votre nourrice a reçu depuis moins de 10 ans un vaccin anti-coquelucheux.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour. Je voudrais que mes enfants aient seulement les vaccins obligatoires. Mais actuellement plus moyens d'en trouver, est-ce grave d'attendre que des vaccins soient a nouveau disponible? Mon fils a 20 mois et devait avoir le rappel Hexavac et ma fille a 2 mois. Ils sont tous les deux à la maison et n'iront pas en collectivité avant un an ou deux. Que risquent ils à attendre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les seuls vaccins encore obligatoires en France sont les vaccins contre diphtérie, tétanos et polio (DTPolio). Vous ne pourrez pas faire vacciner vos enfants seulement contre ces trois valences car ce vaccin DTPolio n'existe plus en France depuis juin 2008.
      Vous aurez le choix entre un vaccin quadrivalent DTCoqPolio (Tétravac ou Infanrix Tétra) ou un vaccin pentavalent DTCoqPolio+Hémophilus (Pentavac ou Infanrix Quinta)
      Or ces deux types de vaccins sont très compliqués à trouver en pharmacie depuis quelques mois, plus les pentavalents que les quadrivalents.
      Si vous désirez les faire vacciner, l'un ou l'autre dans les semaines ou mois à venir, vous pouvez théoriquement prendre rendez-vous dans une PMI de votre secteur en expliquant que ne voulez absolument pas que votre enfant reçoive un vaccin contenant l"hépatite B. En théorie, les industriels auraient pour consigne, via les grossistes, de ne délivrer ces vaccins restants en priorité qu'à ces centres.
      Par ailleurs, si vos enfants sont en contact avec relativement peu de personnes, le risque de contracter une infection à protection vaccinale ne concernerait que la coqueluche. Cette infection se manifeste par des quintes de toux très importantes et ne passe pas inaperçue. Il existe aussi un risque théorique de contracter une infection à Haemophilus Influenzae qui est un germe à transmission aérienne. Les personnes enrhumées ou qui toussent ne doivent donc pas approcher vos enfants en attendant d'avoir cette valence contenue dans les vaccins pentavalents (et que votre fils ainé a déjà dû reçevoir à deux reprises s'il ne lui reste plus qu'un rappel à faire).
      Cordialement

      Supprimer
  6. Il paraît que l'on peut aussi vacciner avec le DTP réservé aux plus de 6 ans sans mettre toute la dose ? Est-ce un bon compromis ?

    RépondreSupprimer
  7. Le vaccin DTPolio n'existe plus actuellement en France sauf sous la forme du vaccin Révaxis qui est indiqué normalement pour les rappels vaccinaux chez l'adulte. Il existe également un vaccin DTCoqPolio (Boostrix) qui est indiqué pour les rappels chez le grand enfant et le jeune adulte (lorsque l'on veut prolonger la protection contre la coqueluche)
    En cas de carence totale en vaccins DTCoqPolio ne contenant pas la valence de l'hépatite B (Tétravac ou Infanrix Tétra), l'utilisation de vaccin Boostrix pourrait être une solution ultime en sachant que ses taux d'antigène de la coqueluche en particulier, sont très inférieurs aux vaccins habituels destinés au nourrissons.
    S'il est utilisé, il ne faut donc pas diminuer la dose, ce qui diminuerait encore plus son efficacité, mais injecter un dose totale et prévoir au moins ensuite une injection supplémentaire. On pourra éventuellement ensuite doser les anticorps post-vaccinaux spécifiques dans le sang si l'on veut être certain de la protection.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour
    Je souhaite vaccine mon garçon, bébé de 1mois et demi, avec le DTP mais aussi coqueluche et hemophilus Influenzae. Cependant je ne souhaite pas injecter à mon bébé des adjuvants toxiques tel que aluminium et formaldéhyde. Ce serait un comble pour nous qui sommes eco-responsable, utilisant des peinture bio à la maison, essayant de limiter les polluants de notre environnement proche et mangeant bio, de mettre potentiellement en danger notre enfant avec de tels adjuvants.
    Comment peut-on faire?
    Merci par avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour. Ce que vous demandez là est malheureusement "mission imposssible" en France actuellement. Le vaccin DTpolio sans aluminium a été retiré du marché (sous le prétexte de réactions allergiques plus fréquentes). Tous les vaccins DTPolio (Révaxis et DTvax) ou DTCoqPolio (Infanrix Tétra, Tétravac, Boostrix ou Répévax) ou DTCoqPolio+Hémophilus (Infanrix Quinta et Pentavac) contiennent un adjuvant à base d'aluminium. Certains contiennent en plus un conservateur à base de formaldéhyde (Tétravac et Pentavac). C'est actuellement un passage obligatoire si l'on veut réaliser des vaccinations. C'est l'un des motifs de la lutte de l'association E3M des personnes atteintes de myofasciite à macrophages, affection très probablement en lien avec la persistance de l'aluminium au sein du site vaccinal.

    RépondreSupprimer
  10. Je suis atteint d'une sclérose en plaques apparue après une vaccination contre l'hépatite B. Depuis personne ne veut plus me vacciner. J'avais fait le minimum de vaccins chez mon fils ainé avec uniquement le DTPolio.
    Comment faire pour éviter les vaccins avec adjuvant pour mes deux prochains enfants (ma femme est enceinte de jumeaux) ?

    RépondreSupprimer
  11. Il est surtout inutile et pas spécialament recommandé de faire vacciner vos enfants contre l'hépatite B au vu de cet antécédent familial direct. En ce qui concerne la sclérose en plaques, ce n'est pas l'adjuvant vaccinal qui est mis en cause. L'adjuvant à base d'aluminium est suspecté d'être à l'origine de la myofasciite à macrophages, affection qui ne se voit que chez l'adulte.
    Tous les vaccins actuels contenant la valence DTPolio possèdent un adjuvant aluminique. Si vous souhaitez ne réaliser pour vos enfants que les seuls valences DTPolio, il faut commander auprès du fabricant (Sanofi Pasteur MSD) un kit vaccinal (DTVax + Imovax Polio) chez un pharmacien avec l'ordonnance de votre médecin, en indiquant la mention "pour convenance personelle".

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    Mon enfant de 5 mois à reçu deux doses de Pentavac achetées en Suisse (à 3 mois et à 5 mois). Cependant j'ai refusé jusqu'à présent qu'il soit vacciné dès le départ avec le Prévenar car j'ignorais le mode de garde que j'allais adopter (garde à domicile ou garde collective). Mon enfant ira en crèche familiale lorsqu'il aura 7 mois et demi, je ne m'oppose donc plus à la vaccination contre le pneumocoque. Pouvez vous svp m'indiquer le schéma pour une primo-vaccination à cet âge là (nombre de doses et temps d'espace entre chaque dose).Pouvez-vous aussi me dire s'il est possible de demander au pédiatre un dosage des anticorps pour éventuellement limiter le nombre de doses à administrer pour ce vaccin.
    Avec tous mes remerciements.

    RépondreSupprimer
  13. Le schéma vaccinal concernant le vaccin antipneumococcique (Prévenar 13) est identique à l'âge de 7 mois à celui qui est préconisé à partir de 2 mois. Il est recommandé d'injecter deux doses à 2 mois d'intervalle environ avec un rappel 6 à 12 mois plus tard, dans la seconde année de vie donc.
    Le dosage des anticorps post-vaccinaux ne me semble pas indiqué dans ce cas. Aucun n'enfant n'aura atteint un taux satisfaisant d'IgG polyosidiques anticapsulaires pneumococciques (≥ 0,35 µg/ml) avec seulement 2 injections à cet âge. Ceci peut suffire chez l'enfant un peu plus âgé, à partir de 12 mois révolus.

    RépondreSupprimer
  14. La réalisation chez le nourrisson de vaccins sans la valence hépatite B est devenue effectivement un parcours du combattant dans notre pays depuis le début de l'année 2015.
    La réalisation de dosages d'anticorps post-vaccinaux n'est pas utile chez le nourrisson car il faut que celui-ci ait reçu au moins 2 injections à 2 mois d'intervalle plus un rappel entre 6 et 12 mois plus tard pour que l'on puisse obtenir une protection prolongée sur plusieurs années. A ce propos, ce nouveau schéma 2 injections + 1 rappel a été préconisé à partir du deuxième semestre 2013, remplaçant l'ancien schéma 3 injections à 1 mois d'intervalle + 1 rappel 12 mois plus tard.
    Comment se débrouiller pour réaliser un vaccin pentavalent (DTCoqPolioHémophilus) actuellement ?
    - Le recours à la prise d'un rendez-vous dans une PMI est raremant suivi d'effet. Ces centres disposent de quelques unités de vaccins pentavalent ou tétravalents qui arrivent au compte-goutte et en sont très avares. Les parents dont les enfants ne sont pas habituellement suivis dans ces centres essuient très habituellement un refus. Quelques-uns, par connaissance, obtiennent un vaccin qui leur est fourni "sous le manteau".
    - Devant l'émoi de la population (et le buzz créé par la "pétition Joyeux"), une démarche d'exception commence à être désormais possible afin d'obtenir directement auprès du laboratoire un vaccin pentavalent. Ceci est considéré comme étant "réservé à des situations particulières ". Le médecin doit faxer auprès du laboratoire producteur une ordonnance motivant l'indication et la raison médicale de cette demande avec le nom de l'enfant et la pharmacie où le vaccin doit être envoyé.
    - Troisième méthode de débrouillardise, l'achat d'un vaccin dans un pays étranger voisin. Je sais par exemple que la Suisse dispose de vaccins pentavalents sans aucune restriction (ce qui prouve bien que cette carence dont souffre la France est artificielle et entretenue volontairement). Le vaccin ne peut être délivré que sur ordonnance. Attention à son transport qui doit se faire en maintenant une température entre 2° et 8°. Un sac isotherme rigide et hermétique est nécessaire avec des couvertures souples réfrigérantes à l'intérieur. La température peut être modulée par l'utilisation de sachets de gel réfrigérants et une surveillance par un thermomètre en cas de transport prolongé.
    Tout ceci relève d'un "bricolage" lamentable contre lequel le Ministère de la Santé se montre incapable d'imposer aux laboratoires producteurs de lui délivrer les vaccins dont sa population a besoin.

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir. Pouvez-vous regarder la réponse que j'ai faite ci-dessus le 10 juillet 2015. Le recours au laboratoire par le biais d'un médecin justifiant la demande d'un vaccin diificile à obtenir, via un fax, avec l'adresse d'une pharmacie où l'on peut revoyer le vaccin désiré, semble pouvoir à présent fonctionner. Je l'ai expérimenté une fois avec succès (J'avais prétexté des antécédents de sclérose en plaques chez l'un des deux parents...)

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour, le Boostrix Tétra présente-t-il vraiment des risques chez le bébé ? Mon médecin l'a fait à ma fille de 5 mois en disant que ça ne faisait pas grand chose. Merci d'avance

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour
    Le vaccin Boostrix Tétra est un vaccin comportant quatre valences, contre diphtérie, tétanos, coqueluche et polio. C'est donc le même vaccin que l'Infanrix Tétra ou le Tétravac. La seule différence réside dans la concentration plus faible des valences de la diphtérie et de la coqueluche. Il est officiellement recommandé pour cette raison lors des rappels DTCoqPolio à 6 et 11 ans ou chez l'adulte jeune.
    Il n'y a donc aucun danger à réaliser ce vaccin chez un nourrisson. Les réactions fébriles ou de pleurs risquent d'être moins fréquentes. Le seul inconvénient est celui d'une protection insuffisante contre diphtérie et coqueluche. On peut remédier à cela en réalisant une injection supplémentaire de vaccin, soit 4 (au lieu de 3 dans le schéma actuel). C'est ce qui était d’ailleurs pratiqué ( 4 injections) il y a encore deux ans, dans le schéma du calendrier vaccinal officiel.

    RépondreSupprimer
  18. Juste pour information, l'Espagne semble sur ses réserves pour l'Infanrix Quinta, ils ont arrêté la production fin juillet, ils n'ont plus beaucoup de stock. J'ai demandé à une amie de me le récupérer en espérant que la date de péremption colle avec une vaccination pour janvier 2016 car avec la nouvelle pénurie en Suisse, je me suis dit que l'Espagne allait être vite touchée, je ne me suis pas trompée. d'après mon amie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un processus d'obtention exceptionnelle du vaccin Infanrix-Quinta parait actuellement possible. Ceci est considéré comme étant "réservé à des situations particulières" mentionnées par les recommandations officielles du HCSP. Il est ainsi possible d'obtenir directement auprès du laboratoire ce vaccin pentavalent DTCoqPolio+ Haemophilus. Le médecin doit faxer auprès du laboratoire producteur GSK une ordonnance et un courrier motivant l'indication et la raison médicale de cette demande (par exemple antécédent familial de maladie auto-immune), avec le nom de l'enfant et la pharmacie où le vaccin peut être expédié.
      Il s'agit là bien sûr d'un bricolage lamentable mais cela fonctionne...

      Supprimer
  19. Ne souhaitant pas vacciner mon bébé avec l'Infanrix Hexa que je trouve inutile, j'ai commencé la vaccination de mon bébé avec l'Infanrix Tetra en janvier et en mars car le Quinta était en rupture et la pédiatre m'avait dit que les maladies protégées par le vaccin anti-Hémophilus b n'existait plus.Entre temps, j'ai déménagé et la nouvelle pédiatre m'a expliqué que le vaccin contre l'Hémophilus b était important, et me conseillait de recommencer sa vaccination du départ.
    Le problème, c'est que l'Infanrix Quinta est toujours en rupture et ça m'embête beaucoup de recommencer sa vaccination à zéro avec l'Infanrix Hexa (ce qui impliquerai également l'injection de 2 fois plus d'adjuvants...)
    Mon bébé va avoir 11 mois, j'ai appelé un quarantaine de pharmacies pour trouver de l'Infanrix Quinta ou Tétra en vain. Certaines me répondent qu'elles en reçoivent au compte-goutte, une autre m'a dit qu'il fallait leur donner une lettre du médecin qu'ils envoient à la commission au labo qui décide ensuite de le donner ou non ( Je suppose qu'il faut de bonnes raisons; maladies ou autre. Ce vaccin n'étant pas obligatoire me semble être pourtant une bonne raison...). Au final, on nous oblige à faire plein de vaccins qui sont censés ne pas être obligatoires... Est-ce que la vaccination du 11ème mois peut être repoussée de quelques mois (Certains pharmaciens parlent d'un retour du vaccin début 2016) ?
    Si je me résigne à faire l'Infanrix Hexa à 11 mois, mon bébé sera-t-il protégé contre l'Hémophilus b ou bien lui faudra-t-il 3 doses? J'ai lu, qu'entre 1 et 5 ans, une dose de vaccin anti-Hémophilus suffit si l'enfant n'avait pas été vacciné?

    RépondreSupprimer
  20. Il est bien sûr inutile de recommencer totalement les vaccinations de votre enfant pour lui assurer une protection contre les infections à Hémophilus b. Ce vaccin existe de façon isolée, commercialisé sous le nom d'Act-HiB. après l'âge d'un an , une seule injection suffit à entraîner une production suffisante d'anticorps protecteurs car le système immunitaire de l'enfant est alors plus performant.
    Vous pouvez donc faire un rappel avec un vaccin tétravalent DTcoqPolio : Infanrix Tétra ou Tétravac (voir les processus d'obtention de vaccins directement auprès du laboratoire dan la réponse ci-dessus du 15 août) ou à la rigueur Boostrix Tétra ( bien que sa teneur en antigènes de la diphtérie et de la coqueluche soient à des taux un peu moindres). Le vaccin Act-HiB pourra être réalisé ensuite vers 13-14 mois par exemple en une seule injection.

    RépondreSupprimer
  21. Mon fils va avoir 11 mois. Il a reçu à 2 mois et 4 mois l'Infanrix Hexa et le Prévenar, sans que je sois informée du fait qu'il y avait l'hépatite B...
    Je dois faire son rappel et le médecin de la PMI me dit qu'il est inutile de prendre l'Infanrix Quinta puisque "le mal est fait", sachant qu'il a déjà reçu 2 doses d'Hexa et qu'il vaut mieux faire le rappel avec l'Hexa. Sinon, il ne pourra pas voyager plus tard et pour l'hépatite B il sera obligé de refaire 3 injections.
    Je suis perdue, elle me dit que comme il n'a pas fait de réactions, il n'y a pas de risques mais je doute et ne veut faire prendre aucun risque pour mon enfant.
    Dois-je lui faire le Quinta ? Est-il préférable de faire le Prévenar plus tard car là encore le médecin m'a dit qu'il fallait faire l'Infanrix Hexa et le Prévenar en même temps car ça augmentait l'efficacité ?
    Merci de votre réponse, je suis complètement perdue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a aucun inconvénient à réaliser un vaccin Infanrix Quinta en tant que rappel bien que votre enfant ait déjà reçu deux fois l'Infanrix Hexa (contenant en plus la valence de l'hépatite B). Il sera protégé contre les cinq infections contenues dans le vaccin Infanrix Quinta.
      La protection contre l'hépatite B sera effectivement incomplète. Mais comme à cet âge de la vie, aucun risque n'existe de contracter cette infection (transmission sexuelle ou sanguine), il sera toujours temps de faire une troisième injection à l'âge adulte en cas de situation à risques (avec un dosage sanguin des anticorps post-vaccinaux ensuite pour vérifier qu'il sont à un taux protecteur). Entre parenthèses, le seul fait de voyager n'est pas un facteur de risques de contracter une hépatite B (sauf si ce voyage donne lieu à des pratiques sexuelles à risques...). Affirmer ainsi qu'une personne "ne pourra pas voyager plus tard " s'il n'a pas reçu ce vaccin est un argument malhonnête.
      En ce qui concerne le vaccin Prévenar, vous avez raison de vouloir le programmer plus tard, à distance du rappel Infanrix Quinta. Il n'existe pas de publication qui ait démontré une plus grande efficacité de l'association des deux vaccins. Par contre, il existe de façon certaine une plus grande fréquence de réaction fébrile importante avec l'association Infanrix Hexa et Prévenar (ceci est mentionné dans la fiche Infanrix Hexa du dictionnaire Vidal).

      Supprimer
  22. Bonjour, mon médecin m'a prescrit le vaccin Répévax pour mon bébé de 6 mois. Peut-il remplacer l'Infanrix Tétra ? Merci de votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vaccin Répévax, comme le Boostrix Tétra, est un vaccin comportant quatre valences, contre diphtérie, tétanos, coqueluche et polio. C'est donc le même vaccin que l'Infanrix Tétra ou le Tétravac. La seule différence réside dans la concentration plus faible des valences de la diphtérie et de la coqueluche. Il est officiellement recommandé pour cette raison lors des rappels DTCoqPolio à 6 et 11 ans ou chez l'adulte jeune.
      Il n'y a donc aucun danger à réaliser ce vaccin chez un nourrisson. Les réactions fébriles ou de pleurs risquent d'être moins fréquentes. Le seul inconvénient est celui d'une protection insuffisante contre diphtérie et coqueluche. On peut remédier à cela en réalisant une injection supplémentaire de vaccin, soit 4 (au lieu de 3 dans le schéma actuel). C'est ce qui était d’ailleurs pratiqué ( 4 injections) il y a encore deux ans, dans le schéma du calendrier vaccinal officiel.

      Supprimer
  23. Comme beaucoup de parents, nous n'arrivons pas à nous procurer ni l'Infanrix Tétra , ni le Tétravac ni le DTvax ou à défaut l'Infanrix Quinta... Le seul vaccin disponible est l'Infanrix Hexa or nous ne voulons pas vacciner notre fille contre l"hépatite B. Nous avons déjà eu des complications dû à des vaccins pour sa grande sœur. Cela nous a, pour ainsi dire, "vaccinés"...
    Bref notre question est la suivante: pouvons-nous attendre un réapprovisionnement et y a-t-il un âge butoir pour la première vaccination (elle a déjà 2 mois et demi).
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  24. Il n'y a pas vraiment de date butoir pour débuter les vaccinations chez le nourrisson. Ceci dépend du mode vie et de garde de l'enfant. Il est évident qu'il est préférable de les commencer assez rapidement chez une enfant amené à être gardé en crèche et plus à risque de contracter certaines maladies infectieuses. Cela est nettement moins urgent chez un nourrisson gardé à domicile, surtout s'il peut bénéficier d'un allaitement maternel.
    Ceci dit, il existe un processus d'obtention exceptionnelle du vaccin Infanrix-Quinta auprès du laboratoire producteur GSK. Ceci est considéré comme étant "réservé à des situations particulières" mentionnées par les recommandations officielles du HCSP et appelé "dépannage" par GSK. Il faut que le médecin traitant délivre l'ordonnance du ou des vaccins souhaités, accompagné d'un courrier explicatif pour cette demande presque "compassionnelle". Ce courrier spécifie le nom et le prénom de l'enfant ainsi que sa date de naissance, le motif de demande de ce type de vaccins par les parents et les coordonnées de la pharmacie où le vaccin peut être livré. Le tout est transmis à la pharmacie de la famille. Le pharmacien doit ensuite se charger lui-même de faxer l'ordonnance au laboratoire GSK France. Le vaccin est livré en général quelques jours plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pour votre retour rapide et ces explications très précises.
      Je viens de m'apercevoir que vous exercez non loin de notre domicile, du coup nous nous demandions si il fallait obligatoirement passer par le médecin traitant pour faire une demande du dit vaccin auprès du laboratoire ou si un pédiatre pouvez également le faire ?
      Cordialement

      Supprimer
    2. N'importe quel médecin est habilité à faire cette requête auprès du laboratoire GSK, via le pharmacien familal.

      Supprimer
  25. Je suis désespérement à la recherche d'un vaccin tétravalent ou pentavalent pour ma fille de un an qui a eu une première injection début juillet d'un Tétravac récupéré tout à fait par hasard par notre pédiatre. Seulement je me retrouve à nouveau dans l'impasse pour les rappels ! Je suis tellement en colère, je ne souhaite pas vacciner ma fille contre l'hépatite B, et la seule réponse des 143 pharmacies contactées autour de chez moi et aussi en Suisse, c'est l'Infanrix Hexa !
    Du coup, je viens de lire votre dernière réponse, est-ce que si ma pédiatre fait une demande d'Infanrix Quinta auprès de GSK avec les informations que vous mentionnez, le labo va réellement livrer une dose à la pharmacie près de chez moi ?

    RépondreSupprimer
  26. Comme je l'indique, plus haut, n'importe quel médecin ou pédiatre peut demander la délivrance d'un (ou deux) vaccin(s) Infanrix Quinta auprès du laboratoire producteur GSK France, via votre pharmacie habituelle.
    Le médecin faxe à cette pharmacie l'ordonnance au nom et prénom de votre enfant, avec sa date de naissance. Il joint à cette prescription un courrier expliquant cette demande (refus parental d'injecter la valence hépatite B) avec le nom et les coordonnées de la pharmacie où ce (ou ces) vaccin(s) seront à livrer. Le pharmacien faxe à son tour cette demande à GSK (Fax : 01 39 17 84 45) ou scanne les deux documents et les envoie par mail à diam@gsk.com.
    J'ai procédé ainsi une dizaine de fois et les vaccins sont délivrés sans problèmes en une semaine environ.

    RépondreSupprimer
  27. En premier lieu, merci pour vos éclairages et conseils. Mon fils âgé de 11 mois a été vacciné avec l'Infanrix Hexa et le Prévenar à 3 et 4 mois (sans effets secondaires) car il devait entrer en crèche. Finalement, j'ai prolongé mon congé parental et il n'ira à la crèche qu'en septembre 2016. Etant gardé à domicile, il ne côtoie que ses sœurs de 4 et 6 ans. Compte-tenu de la polémique qui entoure les vaccins, je souhaite différer au maximum le rappel qui doit avoir lieu pour ses 11 mois, vu qu il est gardé à la maison. Court-il un risque en côtoyant ses sœurs scolarisées ? S'il ne court pas de risque, jusqu'à quand puis-je différer ce rappel sans remettre en cause la protection acquise par les deux premières vaccinations ? Je ne ferai d'ailleurs que le Pentavac et le Prévenar séparément. Merci pour votre avis.

    RépondreSupprimer
  28. Le rappel des deux premières injections de vaccin DTcoqPolio+Hémophilus (Infanrix) et anti-pneumococcique (Prévenar) est fixé de façon arbitraire à l'âge de 11 mois, soit 7 mois après la seconde injection. Ce délai peut en fait être largement augmenté, jusqu'à 12 mois après la dernière injection, sans crainte de la diminution de la protection conférée par les deux premières injections.

    D'ailleurs lorsqu'il existe un retard dans la réalisation des rappels vaccinaux, on recommande de reprendre les vaccinations là où elles s'étaient arrêtées, sans injection supplémentaire. L'organisme garde la mémoire des injections précédentes et tout rappel, même tardif, entraîne forcément une remontée du taux d'anticorps post-vaccinaux.
    Vous avez par ailleurs raison de dissocier la réalisation des deux rappel vaccinaux. Il n'y a jamais d'urgence à les associer le même jour. La fréquence et l'intensité des réactions fébriles immédiates en seront notablement atténuées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre réponse. Je souhaitais également savoir si mon fils court un risque particulier d'exposition aux infections, il est gardé à domicile mais côtoie régulièrement ses sœurs scolarisées ?

      Supprimer
    2. Votre enfant est actuellement protégé contre les maladies pour lesquelles il a reçu des vaccins, jusqu'à au moins 12 mois après la seconde injection. Il peut par contre contracter d'autres infections contagieuses (rhumes, rhino-pharyngites, grippe, gastro-entérite...) au contact de ses deux sœurs aînées si celles-ci sont elles même touchées. Un contact direct avec leur jeune frère est alors à éviter mais cela est souvent difficile voire illusoire au sein d'une famille.

      Supprimer
  29. Bonjour. Le fait que mes parents soient tous deux décédés de cancers à 60 ans en 2014 amène-t-il une contre-indication vaccinale pour mes enfants en bas âge ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'origine de la majorité des cancers n'est pas encore bien connue. Elle est probablement multifactorielle. Certains sont en lien avec une infection virale (hépatite B et cancer du foie, papillomavirus et cancer du col de l'utérus, mononucléose et lymphome de Burkit, Hélicobacter et cancer de l'estomac...), d'autres sont liés à des expositions à des polluants de l'environnement (tabac, pollution aérienne et cancer du poumon, benzène et leucémies, amiante et cancer de la plèvre, pesticides et cancer de la prostate, alcool et cancer de l’œsophage ou de la bouche...), des facteurs hormonaux (perturbateurs endocriniens et cancers du vagin, du sein ou du testicule) ou des radiations (UV et cancers de la peau, radiations ionisantes et cancer de la thyroïde), peut-être à certaines pratiques alimentaires (apports excessifs de viande et cancer du colon, obésité et cancers). Il existe aussi des prédispositions familiales à certains cancers. Mais, à ma connaissance, aucun lien de causalité entre la pratique de vaccinations et de certains cancers n'a été soupçonné ni démontré.

      Supprimer
  30. LACOTTE Françoise15 décembre 2015 à 09:48

    Bonjour. Tout d'abord merci pour toutes ces informations claires et précises et votre prise de position (rare) qui, je l'espère, participera à alerter public et médias sur ce scandale sanitaire des vaccins.

    En tant que maman, et après lecture des différents commentaires ci-dessus, j'aurais souhaité avoir votre confirmation sur plusieurs points. Voici la situation à ce jour : mon bébé de 13 mois a été vacciné à 5 mois et à 7 mois avec une dose d'Infanrix Tétra car nous ne souhaitions ni l'Hémophilus, ni l'hépatite B, ni faire le vaccin à 2 mois comme préconisé.
    J'ai trouvé par chance deux doses en contactant toutes les pharmacies du département, mais c’était en juillet dernier et je pensais que les réapprovisionnements seraient effectifs en décembre ! Grave erreur de ma part. Quoi qu'il en soit, comme tout le monde, je ne trouve plus d'Infanrix Tétra et mon bébé attend sa 3ème dose. J'ai tenté de solliciter le laboratoire GSK via une pharmacie mais ils n'envoient plus de Tétra car "réquisitionnés par l'Etat". Petite parenthèse : à cette occasion j'ai appris avec étonnement que l'Infanrix Tétra ne bénéficiait en France d'une AMM que pour les bébés de plus de 30 mois alors que des praticiens n'ont pas hésite à le prescrire à mon bébé sans m'en informer.

    Mes questions :
    1. Etant donné la pénurie de Tétra, serait-il suffisant (jusqu'au rappel des 6 ans) de doser les anticorps post-vaccinaux spécifiques dans le sang et s'ils sont présents de ne pas faire la 3ème injection ? Si oui, un médecin/pédiatre est-il seul habilité à demander cette recherche (par prise de sang j'imagine ?) ou puis-je m'adresser directement au laboratoire d'analyses ?
    2- Si ce n'est pas le cas, étant donné qu'il est possible d'obtenir des Quintas via une pharmacie auprès de GSK, savez-vous s'il est possible/judicieux de n'utiliser qu'une partie du vaccin puisqu'il s'agit d'un vaccin "à reconstituer" en laissant de coté la fiole de l'Hémophilus ? Est-ce le même contenu que le Tétra ? GSK interrogé à ce sujet, dit "c'est équivalent"
    3 - Si ce n'est pas le cas et si j'ai bien lu vos conseils, le Prévarix pourrait être une solution de repli ?
    4- Pourriez-vous svp me confirmer l'échéance pour le rappel de cette 3ème dose : 12 mois maximum après la dernière injection ?

    Vous remerciant une nouvelle fois pour votre aide précieuse face à la solitude et au désarroi des parents et votre professionnalisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir et merci de vos encouragements.
      Pour votre enfant, le plus simple est effectivement de commander, avec une ordonnance de votre médecin et un courrier explicatif, un vaccin Infanrix Quinta chez GSK France, via votre pharmacie. Cette filière marche toujours dans mon expérience. Une fois chez votre médecin, il suffit de ne pas reconstituer le vaccin avec la valence Hémophilus lyophilisée contenue dans un flacon séparé. Ceci revient ensuite à l'injection d'vaccin Infanrix Tétra.
      Le délai maximum recommandé entre la seconde injection et le rappel est de 12 mois.
      Il serait inutile par ailleurs de réaliser un dosage d'anticorps post-vaccinaux quelques mois après simplement deux injections de vaccins. Seul un rappel fait à distance (6 à 12 mois) peut amener à l’apparition d'un taux suffisant d'anticorps circulants à long terme.
      Bien à vous.

      Supprimer
    2. LACOTTE Françoise16 décembre 2015 à 13:58

      Merci beaucoup pour votre réponse rapide et constructive. Je vais donc essayer de me procurer un Quinta, en espérant trouver un médecin qui acceptera cette procédure un peu "limite" malheureusement.
      Sinon, désolée d'insister sur ce point, mais cela fait 6 mois que mon bébé a reçu sa 2ème injection, nous pourrions donc tenter une recherche d'anticorps ? Si elle est positive, nous pourrions attendre ses 6 ans pour le rappel ? Par ailleurs, seul un médecin est habilité à la demander, j'imagine ?
      Merci d'avance pour votre compréhension.

      Supprimer
    3. Vous pouvez effectivement faire réaliser un dosage sérique des anticorps post-vaccinaux (anti-tétaniques et anti-polio qui sont les plus utiles). Il seront présents au bout de 6 mois, mais sans injection de rappel ultérieure, leur taux décroîtra forcément en quelques mois. Alors qu'un rappel fait 6 à 12 mois après les 2 injections initiales permet une remontée immédiate, forte et beaucoup plus durable de ce taux.
      Sinon, il faut effectivement une prescription médicale de cet examen si vous souhaitez le faire prélever chez votre enfant.

      Supprimer
  31. Bonjour. Comme de nombreux parents je suis confrontée au dilemme de la vaccination. Ma fille va avoir 2 mois et après avoir été infectée par le streptocoque B lors de sa naissance, sa prise de poids est compliquée. Elle évolue sur une courbe de 500 gr/mois, ce qui n'est pas catastrophique mais vraiment léger. Il en découle qu'elle est anémiée. J'ai peur qu'elle ne soit pas assez "forte" pour dealer avec cette batterie de vaccins. Si j'ai bien compris en lisant les posts précédents, c'est qu'elle n'échappera pas à l'adjuvant d'aluminium. Mais si je lui donne le Boostrix Tétra en 4 injections, est-ce que ce serait moins agressif pour elle ? Merci d'avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vaccin Boostrix Tétra est un vaccin DTCoqPolio dont la valence diphtérique est à un taux moins élevé de même que pour la valence de la coqueluche. Les valences tétanique et de la poliomyélite sont par contre identiques à celles des vaccins tétravalents (Tétravac ou Infanrix Tétra) recommandés chez le nourrisson. Il est donc normalement indiqué pour les injections de rappel à 6 ou 11 ans. Il n'est donc pas dangereux de l'utiliser à cet âge en sachant que la protection sera moins bonne pour les deux valences vaccinales moins concentrées. On peut pallier à cela en réalisant quatre injections au lieu des trois préconisées par le calendrier vaccinal actuel, par exemple à 0, 2 mois, 4 mois et 12 mois plus tard.
      Par ailleurs, si votre enfant doit être gardée à domicile ou ne sera en contact qu'avec très peu d'enfants, il n'est pas obligatoire de débuter ces vaccinations à 2 mois pile. Elles peuvent très bine être décalées de 2/3 mois.

      Supprimer
  32. Avant toute chose : MERCI pour votre blog.
    Ma situation est la suivante : j'ai un fils qui aura 2 ans le 18 janvier prochain et qui n'est pas vacciné du tout... et un autre qui aura 2 mois le 13 janvier prochain, qui n'est pas vacciné non plus.
    Je souhaite vacciner mon aîné, en pratiquant le "minimum". Quel vaccin me préconisez-vous ? Boostrix ? Révaxis ? Répevax ? Le kit dtVax + Imovax polio serait indisponible ?
    Pour mon nourrisson,je l'allaite et il n'ira pas en collectivité avant ses 2 ans. Jusqu'à quel âge puis-je "repousser" sa vaccination ? Que préconisez-vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour vos encouragements.
      Pour votre enfant âgé de 2 ans, vous pouvez réaliser soit un vaccin DTPolio (Révaxis), soit un vaccin DTCoqPolio (Boostrix Tétra ou Répévax) en sachant que la valence de l'anatoxine diphtérique est beaucoup plus faiblement dosée (2 UI/ml) dans ces vaccins que dans les vaccins habituellement utilisés chez le jeune enfant (30 UI/ml) en primo-vaccination (Infanrix Tétra, Tétravac, Infanrix Quinta, Pentavac... La protection contre la diphtérie en sera donc nettement insuffisante. Vous pouvez pallier à cela en réalisant 4 injections en tout, soit 3 la première année (au lieu de 2 avec les vaccins classiques) et un rappel environ un an plus tard.
      Pour votre second fils qui est allaité et ne fréquentera pas la collectivité ses deux premières années, vous pouvez effectivement, sans danger, décaler de la même manière ses vaccinations dans le courant de sa deuxième année.

      Supprimer
    2. Merci pour votre retour rapide et vos recommandations.
      Pouvez-vous me donner votre avis concernant le kit DtVax + Imovax polio délivré gracieusement par le labo après courrier d'un médecin généraliste ou pédiatre ? Il semblerait que ce dernier contienne du mercure et qu'ainsi le DtVax ne disposerait d'aucune autorisation de mise sur le marché ?
      Aussi, si je souhaite vacciner mes enfants c'est avant tout pour le tétanos... Toutefois, je viens de prendre connaissance de certaines informations disponibles grâce aux liens suivants qui me font m'interroger sérieusement : https://blogs.mediapart.fr/jean-meric/blog/010413/vaccination-antitetanique-une-immunisation-scientifiquement-impossible
      Est-ce que je pourrais avoir votre avis ? D'avance merci.

      Supprimer
    3. Les vaccins diphtérie-tétanos "dTVax" et anti-poliomyélite "Imovax Polio" sont effectivement délivrés sur demande particulière par le laboratoire Sanofi-Pasteur. Le vaccin DtVax contient effectivement un conservateur, le thiomersal qui est un dérivé mercuriel qui n'existe plus dans les autres vaccins DTPolio et DTCoqPolio commercialisés actuellement en France. Il comporte aussi un adjuvant à base d'aluminium, malheureusement incontournable depuis la suppression du "DTPolio Mérieux" en 2008. Il semble y avoir eu des ruptures d'approvisionnement par périodes cette année 2015, mais ce ne semble plus être le cas selon le site de l'ANSM. Le laboratoire producteur a bien sûr par ailleurs une autorisation de mise sur le marché (AMM) comme il l'est indiqué sur le même site de la pharmacovigilance nationale :
      http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=64068761&typedoc=N&ref=N0185775.htmale.

      En ce qui concerne l'efficacité de l'injection d'anatoxine tétanique sur la prévention du tétanos, elle a été mise en évidence d'abord chez l'animal. Son injection provoque la synthèse d'anti-toxines (IgG spécifiques) dont le taux efficace a été mesuré chez la souris par des méthodes de neutralisation de la toxine tétanique injectée à l'animal. Cette technique est considérée comme le "gold standard" car reproduisant l'activité biologique in vivo, donc réelle, de doses sériques croissantes d'anti-toxines. Le taux considéré comme protecteur d'anticorps anti-toxines tétaniques (chez l'animal et par extension chez l'homme) est de 0,01 UI/ml. Avec les techniques de dosage actuel (test ELISA), plus rapides et moins coûteuses, on retient par prudence un taux sérique dix fois plus élevé comme étant protecteur : 0,1 UI/ml.
      Pour compliquer le tout, il a été décrit des cas de tétanos malgré une vaccination antérieure et des taux d'anticorps normalement considérés comme "protecteurs". Cependant les personnes ayant été recensés dans ces publications sont l'exception lorsque l'on atteint un taux d'anticorps antitoxine tétanique supérieur à 0,1 ou 0,2 UI/ml.
      Si vous lisez l'anglais, une mise au point technique aborde tout cela sur le site de l'OMS http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/43687/1/9789241595551_eng.pdf. Je fais plus confiance à ces données de médecins spécialistes de santé publique qu'aux données théoriques du docteur en chirurgie dentaire que vous m'avez indiquées.

      Par ailleurs, si l'on regarde les données officielles sur l'épidémiologie du tétanos en France, on voit qu'il s'agit presque toujours de personnes âgées de plus de 70 ans, n'ayant pas reçu de rappel anti-tétanique depuis des dizaines d'années. Dans la publication sur la période 2008-2012, sur les 15 personnes dont le statut vaccinal a pu être précisé avec certitute, 14 n'étaient pas vaccinés, la quinzième n'avait pas eu de rappel depuis 35 ans.
      http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemiologique-hebdomadaire/Archives/2012/BEH-n-26-2012

      Si la vaccination n'était pas du tout efficace, il y aurait obligatoirement parmi ces cas déclarés de tétanos, une proportion de personnes vaccinées nettement plus importante puisque le vaccin anti-tétanique est couramment réalisé en France depuis environ 70 ans.
      A signaler enfin pour mémoire, qu'un enfant a été hospitalisé cette année à Tours pour un tétanos dont il a heureusement survécu. Le pédiatre qui assurait son suivi maintient qu'il avait reçu une vaccination anti-tétanique classique, mais les dosages sanguins ne montraient aucune trace d'anticorps anti-tétanique, ce qui parait pour le moins surprenant et contradictoire. Une action judiciaire est en cours qui apportera peut-être plus de précisions...

      Supprimer
    4. Bonsoir, je vous remercie pour vos éclaircissements.
      Je vous avoue que je m'interroge toujours et plus encore maintenant qu'hier. Je ne suis absolument pas une "anti-vaccin", simplement une maman qui souhaite le meilleur pour ses enfants. J'aurais aimé que le vaccin DT POLIO de Pasteur soit toujours disponible... Mon fils de deux ans serait déjà vacciné, et en tant que parent je serais beaucoup plus "sereine". En même temps, je me dis que cette pénurie de vaccins m'aura au moins permis de me renseigner, de réfléchir... avant de potentiellement léser le système immunitaire de mes enfants.
      J.Tissot, biologiste...savant ?) a dit : " Puisqu’un malade guéri du tétanos n’est jamais immunisé contre une seconde atteinte, comment un vaccin pourrait-il mieux protéger de la maladie? ".
      Si j'ai bien compris le vaccin agirait contre la toxine tétanique qui est responsable du tétanos ? On peut être vacciné mais tout de même déclarer le tétanos ? Et on peut avoir à nouveau le tétanos en en ayant déjà eu le tétanos puisqu'il semblerait qu'il n'y ait pas d'anticorps ?





      Supprimer
    5. L'injection de toxine tétanique inactivée par le formaldéhyde (qui s'appelle anatoxine tétanique) induit la production d'anticorps anti-toxine tétanique. Cependant, la protection par le biais d'un taux sérique suffisant d'anticorps (plus de 0,1 UI/ml par un dosage ELISA) n'est assurée qu'après au moins deux injections de vaccin plus un rappel 6 à 12 mois plus tard. Malgré cette vaccination, avec un taux d'anticorps en théorie protecteur, il a été effectivement décrit une dizaine de cas de tétanos dans a littérature médicale. Ceci plaide pour la poursuite de rappels réguliers (20 ans) chez l'adulte afin d'assurer en permanence, surtout chez la personne âgée un taux élevé d’anticorps sériques.
      La maladie occasionnée par la toxine tétanique n'assure effectivement pas une immunité ultérieure car la petite dose de toxine tétanique introduite dans la plaie cutanée souillée, si elle suffit à déclencher la maladie, n'est pas suffisamment importante pour déclencher la production d'anticorps.

      Supprimer
  33. Tout d abord merci pour ce blog et vos réponses.
    Le HCSP déconseille d'utiliser le vaccin Boostrix pour un bébé de deux mois. Pourquoi, y a-t-il un danger? ( 4 injections protégerait pourtant un nourrisson.) L'utilisation du Boostrix est la seule solution pour l'instant car je refuse l'Infanrix Hexa...
    Doit-on également faire le vaccin Prévenar 13 un mois après l'injection de la première dose de Boostrix, ou bien les deux injections simultanément ? L'homéopathie pourrait-elle atténuer les effets de l'aluminium ?
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les autorités sanitaires, tel le Haut conseil de santé publique, déconseille effectivement l'utilisation du vaccin DTCoqPolio commercialisé sous le nom de Boostrix dans les premières années de vie. Il n'y aucun danger à l’utiliser à cet âge. Le seul problème est qu'il contient des dosages des valences pour la diphtérie et la coqueluche qui sont moins fortes, donc moins efficaces que les vaccins utilisés habituellement à cet âge. En cas d'impossibilité de se procurer un autre vaccin tétravalent (Tétravac ou Infanrix Tétra) ou pentavalent (Pentavac ou Infanrix Quinta), ce vaccin peut être utilisé mais en réalisant 4 injections au lieu des 3 conseillées avec les vaccins habituels.
      Le vaccin anti-pneumococcique Prévenar 13 est surtout utile, à mon avis, chez les enfants vivant en collectivité. Je déconseille de le l'injecter le même jour qu'un autre vaccin, car cela majore le risque de réaction très fébrile. Il n'y a jamais d'urgence au point de devoir associer deux vaccins le même jour et un intervalle d'un mois me parait sage.
      Je ne pratique pas personnellement l'homéopathie et ne peut donc répondre à votre dernière question.
      Cordialement

      Supprimer
    2. Bonjour, j'ai du mal à saisir l'intérêt de faire 4 injections de Boostrix plutôt que 3 d'Infanrix, je comprends qu'il est moins agressif, mais cela ne signifie-t-il pas plus d'aluminium au final?

      Supprimer
    3. Je suis entièrement d'accord avec vous. L'idéal est de pouvoir réaliser 3 injections de vaccin DTCoqPolio de type Tétravac dont les dosages des valences diphtérique et coquelucheuses sont plus importants et donc évitent une injection supplémentaire. De plus la dose d'adjuvant aluminique est effectivement un peu plus forte avec 4 injections qu'avec 3 comme vous le soulignez. Le problème pratique est de pouvoir se procurer ces vacccins tétravalents à l'heure actuelle. Seul le vaccin pentavalent Pentavac est disponible de façon aléatoire.
      La seule solution, si l'on veut réaliser une protection vaccinale tétravalente reste donc le Boostrix Tétra si l'on refuse de réaliser la vaccination contre l'Haemophilus. Une astuce peut aussi être effectuée, à condition que le médecin vaccinateur soit d'accord. C'est de se procurer un vaccin pentavalent Pentavac et de ne pas reconstituer le vaccin avec la ' valence de l'Haemophilus qui est lyophilisée dans un flacon séparé des 4 autres valences DTCoqPolio.

      Supprimer
  34. Pour un nourrisson de deux mois, en contact avec d'autres enfants, est-il préférable de le faire vacciner avec le kit Dt Vax plus Imovax et Prévenar 13 et ajouter un vaccin contre la coqueluche (je ne connais pas son nom. Ou bien de lui faire 4 injections de vaccin Boostrix et le Prévenar 13 ?
    Merci par avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre première solution (DTVax + Imovax) est une association d'un vaccin DT plus un autre vaccin Polio. Il n'existe plus de vaccin de la coqueluche (Vaxicoq) depuis plusieurs années. De plus le vaccin DTVax contient un conservateur à base de mercure (thiomersal)que l'on peut éviter avec les autres vaccins. Je vous recommanderais donc votre seconde solution, réaliser un vaccin Boostrix, qui est une association DTCoqPolio) en alternant, un mois plus tard par exemple, avec le vaccin Prévenar 13.

      Supprimer
  35. Bonjour. Les vaccins Boostrix ou autres, avec une AMM pour les enfants de plus de 6 ans, ont-ils une validité légale pour les enfants plus jeunes ? Je dois faire la 3ème injection à ma fille avant mars pour inscription en maternelle. J'avais réussi à trouver 2 fois un vaccin Tétravac par le passé, mais ce n'est plus possible. Deux pharmacies consultées ont contacté le labo pour voir si elles pouvaient faire une demande particulière et ont eu des refus d'office. Elles n'ont pas de nouvelles non plus pour le réapprovisionnement... En avez-vous ? Merci bien pour votre aide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vaccins Boostrix et Répévax sont des vaccins DTCoqPolio qui avaient initialement une AMM (autorisation de mise sur le marché)pour les rappels à faire chez l'adulte puisqu'ils ont des concentrations moindres concernant les valences de la diphtérie et de la coqueluche. Lors des premières carences en vaccin DTCoqPolio, Tétravac et Infanrix Tétra, utilisés comme rappels chez l'enfant à partir de 6 ans, une dérogation leur a été accordée afin de pouvoir les utiliser à cet âge. Ils ne sont donc actuellement pas recommandés officiellement avant cet âge mais il n'est absolument pas dangereux de les utiliser, en sachant que leur efficacité est moindre pour les valences diphtérique et coquelucheuses.
      Vous pouvez donc l'utiliser chez une enfant de plus de 2 ans, surtout pour un rappel après avoir réalisé deux vaccins Tétravac antérieurs. Par mesure de prudence sur l'efficacité, vous pourriez prévoir un rappel Boostrix supplémentaire 6 à 12 mois plus tard.
      sinon l'approvisionnement en vaccins tétravalents pour nourrissons n'est toujours pas possible à ma connaissance. On peut simplement se procurer auprès du laboratoire GSK des vaccins Infanrix Quinta (DTCoqPolio+Hémophilus)sur demande particulière du pharmacien, relayant celle d'un médecin qui le prescrit.

      Supprimer
  36. Si je peux me procurer l'Infanrix Quinta et si je le fais administrer à mon enfant de deux mois, du fait de la présence d'aluminium, quels sont les risques encourus pour sa santé ?
    De plus, comme sur vos conseils nous avons décidé de ne pas lui faire injecter le Prévenar 13 le même jour. Mais cela implique qu il reçoive un vaccin par mois (à 2 mois Infanrix, à 3 mois Prévenar, à 4 mois rappel Infanrix, à 5 mois rappel Prévenar...). Cela ne fait-il pas trop à supporter pour le système immunitaire en pleine construction d'un bébé de deux mois ?
    Si du fait que l'Infanrix Quinta et le Prévenar 13 contiennent de l'aluminium, nous refusons de faire vacciner notre enfant et décidons d'attendre le retour des vaccins sans aluminium, faisons-nous courir un grand risque à notre enfant, sachant qu'il sera en contact avec d'autres enfants chez la nounou ?
    Vous remerciant par avance des réponses que vous pourriez éventuellement m'apporter. Cordialement.

    RépondreSupprimer
  37. Tout d'abord merci pour ce blog qui est une mine d'informations.
    Comme la plupart d'entre nous, la vaccination de nos bébés pose problème. J'ai des jumelles qui sont nées prématurées à 35 semaines et elles vont entrer dans leur 3ème mois. Je repousse leur vaccination mais je ne pourrai pas le faire indéfiniment. En effet, pour des raisons professionnelles nous quittons la France pour vivre en Afrique et elles devrons probablement faire un vaccin contre la fièvre jaune à leur 6 mois. Aujourd'hui ma question est la suivante quel vaccin prendre tout en évitant au maximum les adjuvants toxiques et se contenter seulement des vaccins obligatoires?
    Merci de vos conseils

    RépondreSupprimer
  38. Merci tout d'abord pour vos appréciations encourageantes.
    Si vos enfants sont gardées à domicile, vous pouvez effectivement décaler leurs vaccinations de quelques mois, avant votre départ en Afrique. En ce qui concerne les recommandations aux voyageurs, selon le pays d'accueil, je vous recommande de parcourir le dernier numéro du BEH (bulletin épidémiologique hebdomadaire) consacré à ce sujet. Vous pouvez y accéder à cette adresse http://www.invs.sante.fr/beh/2015/reco/index.html.
    Pour le reste de votre question, la plupart des vaccins actuels contiennent malheureusement un adjuvant à base d'aluminium. Si vous souhaitez faire le minimum, je vous conseille de commander par votre pharmacie auprès du laboratoire GSK deux vaccins Infanrix Quinta (DTCoqPolio + Hémophilus). Lire plus haut mon message à ce sujet du 13 novembre. Soit vous faites fair l'ensemble de ce vaccin, les 5 valences vaccinales. Si vous ne souhaitez pas faire le vaccin contre l'Hémophilus Influenzae, rien de plus facile, il suffit de ne pas le recomposer avec cette valence qui est présentée de façon lyophilisée dans un flacon séparé.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour. La loi de santé dit que le vaccin DTPolio doit être administré de la manière suivante:
    - une dose avant 18 mois puis 3 rappels d'avant intervenir au plus tard à 13 ans. Pourquoi nous imposer 3 doses avant 12 mois, un rappel à 18 mois puis 3 ans puis 7 ans puis...
    Mon fils n'a pas 2 ans et a reçu 2 injections, soit une de trop déjà. Puis-je exiger le rythme de la loi plutôt que de suivre le calendrier vaccinal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Vous confondez la primo-vaccination avec la première injection. Que disent exactement les textes législatifs ?

      - Pour diphtérie et tétanos.
      Article L3111-2 du Code de la Santé publique : "Les vaccinations antidiphtérique et antitétanique par l'anatoxine sont obligatoires, sauf contre-indication médicale reconnue ; elles doivent être pratiquées simultanément.
      Article R3111-2 du Code de la Santé publique : La vaccination antidiphtérique prévue à l'article L. 3111-1 est pratiquée avant l'âge de dix-huit mois."
      L’annexe du décret du 28 février 1952 (toujours en vigueur), paru au JO du 5 mars 1952 en page 2597, précise : "Technique de la vaccination" , 4e alinéa : « La vaccination n’est complète qu’après une injection de rappel de 2 centimètres cubes pratiquée un an après la série des trois premières injections. »

      - Pour le vaccin antipoliomyélitique.
      Article R3111-3 du Code de la Santé publique : « La vaccination antipoliomyélitique prévue à l'article L. 3111-3 comporte une première vaccination, pratiquée avant l'âge de dix-huit mois, et des rappels de vaccination terminés avant l'âge de treize ans. »
      Arrêté du 19 mars 1965 :
      Article 3 : « La première vaccination par le vaccin anti-poliomyélitique inactivé comprend une série de trois injections sous-cutanées espacées d'un mois...Le premier rappel de vaccination par le vaccin inactivé comporte une injection sous-cutanée, faite un an après la vaccination initiale. "

      La première vaccination, selon le législateur des années 1950, comporte donc bien 3 injections puis un rappel un an plus tard. Ceci est devenu d’ailleurs contradictoire avec les dernières modifications du calendrier vaccinal qui ne conseille plus que 2 injections à deux mois d'intervalle (au lieu de 3) et un rappel environ six mois plus tard.

      Donc en résumé, pour les vaccins DT, un primo-vaccination (avec 3 ou désormais 2 injections) avant l'âge de 18 mois et un seul rappel obligatoire un an plus tard. Pour la polio, une primo-vaccination identique, un rappel un an plus tard et " des rappels de vaccination terminés avant l'âge de treize ans." (Il n'y a pas de rappel recommandé à 3 ans et 7 ans comme vous l'écrivez, mais tous les 5 ans, soit 6 ans 1/2 et 11 ans 1/2)
      J'espère avoir été assez clair.

      Supprimer
  40. Tout d'abord merci pour votre blog et pour toutes vos réponses claires et précises. Cela fait du bien de se sentir écoutée.
    Mon bébé de 5 mois et demi à eu son premier vaccin à 4 mois avec l'Infanrix Quinta, n'ayant pas réussi à avoir le Tétra.Il doit faire le rappel d'ici une quinzaine de jours mais apparemment toujours pas de retour du Tétra en pharmacie. Est-il possible et légal de demander à mon pédiatre de ne pas reconstituer le vaccin Infanrix Quinta pour n'avoir qu'un Tétra ? Quel est le délai maximum que l'on peut attendre entre le premier vaccin et le rappel à faire ?
    Merci pour vos réponses

    RépondreSupprimer
  41. Bonjour et merci de vos commentaires. Un blog est fait pour informer, questionner et commenter.
    Vous avez la possibilité effectivement de demander à votre médecin de ne réaliser qu'un vaccin tétravalent DTCoqPolio avec un pentavalent dans la mesure où c'est votre souhait et que ces vaccins DTCoqPolio pour nourrisson ssont actuellement indisponibles. Rien de plus facile, il suffit de ne pas le recomposer avec la 5ème valence de l'Hémpophilus Influenzae qui est présentée de façon lyophilisée dans un flacon séparé.
    Le délai optimal entre les deux premières injections est de 2 mois. Il me parait raisonnable de ne pas dépasser 4 mois pour ne pas perdre en efficacité. Puis le rappel ultérieur pourra attendre entre 6 et 12 mois après la seconde injection.

    RépondreSupprimer
  42. Merci pour votre blog et vos réponses que je trouve très bien.
    Devant la pénurie de vaccins, j'ai reussi, pour ma fille de 10 mois, à trouver 3 vaccins Répévax. Puis-je la vacciner avec car je ne veux pas faire le vaccin Infanrix Hexa ?

    RépondreSupprimer
  43. Je pense que vous avez raison de ne pas vouloir utiliser le vaccin hexavalent, contenant la valence de l'hépatite B pour un nourrisson. Cette infection est en France un maladie de l'adulte qui peut être contaminé, comme le SIDA par voie sanguine ou sexuelle.
    Le vaccin Répévax que vous avez trouvé est un vaccin DTCoqPolio dont les valences contre la diphtérie et la coqueluche sont moins dosées car ce vaccin est en principe réservé aux rappels ultérieurs à 6 ans 1/2 et chez l'adulte. On peut donc l'utiliser à cet âge, en sachant que la protection contre ces deux maladies sera moindre. Ceci peut être un peu compensé en réalisant quatre injections en tout, au lieu des trois injections conseillées actuellement à cet âge avec un vaccin équivalent mais plus dosé pour les deux valences diphtérie et coqueluche (Tétravac et Infanrix Tétra qui sont encore introuvables.
    Une autre solution, si vous ne voulez pas réaliser un vaccin contre l'Hémophilus Influenzae contenu dans l'Infanrix Quinta, est techniquement possible. On peut sur demande particulière de votre pharmacien par fax se procurer ce vaccin Infanrix Quinta directement auprès du laboratoire producteur GSK. Il suffit ensuite de ne pas le recomposer avec la valence de l'Hémpophilus Influenzae qui est présentée de façon lyophilisée dans un flacon séparé en poudre et de ne faire injecter que la solution DTCoqPolio inclue dans un flacon à part sous forme liquide.

    RépondreSupprimer
  44. Merci pour ce blog très clair et bien utile, continuez !
    Je me pose la question de l'utilité des vaccins Act-HiB et Prévenar 13.
    Mon bébé de 8 mois a reçu une injection d'Infanrix Tétra à 5 mois, puis Infanrix Quinta à 7 mois avec Prévenar 13 le même jour. Elle va à la crèche. Depuis ces dernières vaccinations, je me suis renseignée et ce que j'ai lu sur Act-HiB et Prévenar me donne envie d'annuler les prochaines injections prévues... Elle doit normalement recevoir fin janvier une injection d'Act-HiB (pour rattraper le fait qu'elle n'a eu qu'un Infanrix Tétra à 5 mois) plus une deuxième injection de Prévenar. Je doute beaucoup et me demande si je ne vais pas annuler le rendez-vous chez le pédiatre et attendre simplement la troisième injection d'Infanrix Quinta. Qu'en pensez-vous ? Est-il vraiment important de faire vacciner son enfant contre l'Haemophilus et les Pneumocoques ? Quand on voit le peu de cas en France, 0,1/100.000 versus les effets secondaires indésirables...
    Merci beaucoup pour vos conseils. Cordialement

    RépondreSupprimer
  45. Merci de vos commentaires positifs qui laissent à penser que ce blog est utile.
    Pour votre jeune enfant, afin de compléter ses vaccinations, je vous conseillerais volontiers de réaliser au moins la seconde injection de vaccin contre l'Haemophilus Influenzae (contenue dans le vaccin Act-HiB) puisque votre enfant n'en a reçu qu'une seule (contenue dans le vaccin Infanrix Quinta à l'âge de 7 mois). Il serait dommage de ne pas compléter cette protection vaccinale contre un germe dont la fréquence des infections invasives (septicémies, méningites) est devenue affectivement assez rare, mais ceci depuis l'instauration de cette vaccination quasiment généralisée en France. Le vaccin Act-HiB est très bien toléré. Laissez cependant au moins 2 mois entre les deux injections pour une meilleur efficacité de protection avec un rappel d'Infanrix Quinta au mois 6 mois plus tard.
    En ce qui concerne le vaccin contre les pneumocoques, Prévenar 13, il n'est pas obligatoire de le réaliser le même jour que l'Act-HiB. Vous pouvez laisser un intervalle d'un mois ans problème. Ce vaccin a eu moins d'impact sur la fréquence des infections graves à pneumocoques , mais ceci est plus net depuis que le nombre de valences est passé de 7 à 13, complétant les souches responsables d'infections invasives (septicémies, méningites, infections articulaires...) liées à ces germes. Ce type d’infections est plus fréquent chez les enfants en collectivités (crèches, halte-garderies) et qui ne sont pas allaités au sein. Les réactions fébriles sont plus fréquentes qu'avec le vaccin Act-HiB et les effets secondaires rapportés un peu plus fréquents. Le rapport bénéfices-risques me semble cependant nettement favorable chez un enfant gardé en crèche.
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
  46. Bonjour. Tout d'abord merci pour votre blog qui est très intéressant.
    Mon fils est en retard d'un an avec la rupture (Infanrix Quinta. Il a 21 mois et aux dernières nouvelles pas de retour à la normale avant la fin 2016, alors qu'initialement c'était fin 2015.
    J'ai appelé plusieurs pharmacies leur demandant si elle pouvaient faire la demande directement à GSK, j'ai eu que des retours négatifs. Apparemment ils ont déjà essayé, plus rien... Du coup je ne sais pas quoi faire surtout qu'en septembre je voulais le mettre à l'école et pour le printemps je crains pour le tétanos...
    De plus, j'ai une petite fille de 3 mois également idem... On ne veut pas lui faire l'hépatite B, mais si ça s'arrange pas on sera forcé (idem risque tétanos c'est ce que je crains le plus avec des enfants qui sont beaucoup dehors)
    Habitant à la frontière, j'étais allé voir en Allemagne (j'aurais dû y aller plus tôt, je ne savais pas qu'on pouvait prendre des médicaments à l'étranger et que la pénurie allait durer) début décembre, pénurie également, mais ils avaient une date elle m'a dit Mars. C'est mon dernier espoir, je compte y aller courant du mois prochain pour voir si la date n'a pas changé... Le cas échéant, je ne sais pas quoi faire pour le rappel surtout et pour ma fille. Je précise quand même qu'hormis peut-être l'école en septembre (s'il est propre, ils sont gardés par moi-même mais ce qui m'inquiète le plus c'est surtout la couverture tétanos car nous passons beaucoup de temps dehors, l'été et le printemps.
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visiblement, votre inquiétude concerne surtout la protection anti-tétanique pour vos deux enfants. Vous avez deux solutions possibles pour être rassurée pleinement
      - Soit vous arrivez à vous procurer un vaccin Infanrix Quinta (DTCoqPolio+ Haemophilus) directement auprès du laboratoire producteur GSK. La procédure est la suivante : le médecin faxe à votre pharmacie l'ordonnance au nom et prénom de votre enfant, avec sa date de naissance. Il joint à cette prescription un courrier expliquant cette demande (refus parental d'injecter la valence hépatite B) avec le nom et les coordonnées de la pharmacie où ce (ou ces) vaccin(s) seront à livrer. Le pharmacien faxe à son tour cette demande à GSK (Fax : 01 39 17 84 45) ou scanne les deux documents et les envoie par mail à diam@gsk.com. Certains pharmaciens disent qu'ils n'ont pas réussi parce qu'ils ne veulent pas trop se compliquer la vie et prfèrent vvendre un Infanrix Hexa. Il faut donc ne pas hésiter à contacter plusieurs officines.
      - soit "le plan b" : Vous faire prescrire un vaccin Boostrix Tétra (DTCoqPolio) et un vaccin Act-HiB (Haemophilus Influenzae), ce qui revient au m^me avec deux vaccins séparés. La protection contre le tétanos est exactement la même, seules les valences diphtérique et de la coqueluche sont moins dosées.
      Pas de panique donc, vos enfants seront protégés.

      Supprimer
  47. Bonjour.Tout d'abord, un grand merci pour votre blog. Je retourne le net depuis des semaines pour trouver des informations... Votre blog a répondu à la plupart de mes questions. Il est tellement difficile d'avoir des avis objectifs et de trouver des personnes qui n'ont pas peur de dire ce qu'elles pensent. En bref, cela fait plaisir de se sentir écouté et respecté en tant que parent. Il est vraiment dur de trouver des professionnels de santé qui ne vont pas essayer de nous culpabiliser sur nos choix concernant les vaccins ou ironiser sur nos questions...
    Jeune maman d'un bébé de 3 mois que je garderai à domicile jusqu'à ses 9 mois, je suis actuellement confrontée à deux situations :
    - Ne souhaitant pas faire vacciner mon bébé contre l'hépatite B mais bien contre le strict minimum recommandé DT Polio et éventuellement coqueluche (nous n'avons plus vraiment le choix de toute façon), mon enfant n'a toujours pas été vacciné. Je suis également refroidie par l'adjuvant à l'aluminium utilisé dans les vaccins. J'ai lu dans vos précédents post qu'il était possible de demander à ma pédiatre de vacciner mon bébé avec Boostrix Tétra en 4 injections. Cela me semble être la meilleure solution et le meilleur compromis. Ma question est la suivante : si ma pédiatre me le déconseille ou refuse, quels risques je prends en refusant de faire vacciner mon bébé tant qu'on a pas remis les vaccins Tétra sur le marché ? A noter que lors de la visite du 3ème mois, ma pédiatre m'a mis un peu la pression en me disant qu'il devenait urgent de faire vacciner mon bébé contre la coqueluche et que nous commencions à être limite en terme de temps... Ce qui je ne vous le cache pas, me fait culpabiliser au fond même si nous ne sommes pas responsables de ces ruptures de stock.
    - En revanche, à deux mois, mon bébé a reçu une première injection de Prévenar 13. Ne m'étant pas suffisamment renseignée sur les vaccins avant (ce que je regrette beaucoup), je pensais que celui-ci était obligatoire car ma pédiatre a insisté sur son importance. Entre temps, je me suis rendue compte que ce n'était pas le cas et j'ai lu beaucoup de choses sur les effets secondaires de ce vaccin. Même si le "mal" est fait, puis-je refuser de faire le rappel du 4ème mois ? Ou au moins le décaler ? Est-ce risqué ?
    Je vous remercie par avance pour vos conseils et du temps que vous prenez pour éclairer les parents inquiets et perdus que nous sommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de vos appréciations. C'est l'un des buts de ce blog d'informer de façon simple et pragmatique le monde de l'Internet, même si nous sommes assez souvent à contre-courant des idées reçues ou de la pensée unique du médicalement correct.
      Pour le cas particulier de votre enfant, en l'absence de vaccin DTPolio ou DTCoqPolio (Tétravac ou Infanrix Tétra) pour nourrisson, vous pouvez effectivement opter pour la réalisation d'un DTCoqPolio (Boostrix tétra) en principe réservé aux plus grands enfants ou aux adultes lors des rappels puisqu'ils sont moins dosés en ce qui concerne les valences de la diphtérie et de la coqueluche. Comme vous le dites, c'est le meilleur compromis dans la situation de carence de vaccins actuelle. Si votre pédiatre refuse cette solution, vous avez bien sur le droit de vous adresser à un autre médecin, pédiatre ou généraliste. La coqueluche est une maladie qui est contractée auprès d'un enfant ou d'un adulte (frère ou sœur, parents, grand-parents, nourrice...)lui-même atteint par ce germe et qui présente donc une toux intense, prolongée et par quintes. Ceci ne passe donc pas inaperçu ( les personnes atteintes expriment cela en disant qu'elles n'ont jamais toussé comme cela auparavant...) et tant que votre enfant est gardé à domicile et n'est approché par aucune personne atteint d'une toux inhabituelle, il ne risque rien. Il serait par contre souhaitable, pour la suite, qu'il ait reçu ses deux premiers DTCoqPolio avant cette âge.
      En ce qui concerne le vaccina anti-pneumococcique Prévenar 13, si votre enfant est gardé ensuite en crèche ou halte-garderie, le risque de contracter une infection grave due à l'un de ces germes est plus élevé. Le rapport bénéfices-risques de réaliser une seconde injection de Prévenar me paraîtrait positif, surtout si vous n'avez rien constaté d'inhabituel ou d'anormal dans les jours qui ont suivi la première injection. Vous pouvez sinon bien sur le décaler un peu plus tard (6 mois par exemple). Ce sont les deux injections successives qui créent l'apparition d'anticorps protecteurs, même si elles sont un peu plus espacées que dans le schéma officiel (qui entre parenthèses exigeait auparavant non pas 2 injections à deux mois d'intervalle, mais 3 à un mois d'intervalle...)

      Supprimer
  48. Merci pour vos bons conseils...On se sent enfin un peu écouté ! Je me dois de déjà vacciner ma fille de 5 mois parce qu’elle rentre en milieu d’accueil dans 3 semaines. En Belgique, seul le vaccin de la Polio est obligatoire.Mais l'O.N.E (Office National de l'Enfance) oblige de faire bien d'autres vaccins en crèche. Seulement avec ces vaccins combinés, le cocktail est explosif... Mon pédiatre ne désire pas du tout la vacciner si jeune (pas avant minimum 1 an) mais elle n'a pas de solution à me proposer. Où trouver un Infanrix Tétra ou, à la limite, un Infanrix Quinta ? Savez-vous dans quels pays limitrophes puis-je m'orienter ? Faut-il une ordonnance et est-ce qu'une ordonnance d'un médecin belge fonctionnera à l'étranger ? Sinon, quel laboratoire producteur me conseillez-vous pour la Belgique ? J'ai 3 semaines pour trouver une solution sinon je risque de voir mon bébé être refusé à la crèche... Mon oncle a eu la sclérose en plaques, je ne désire absolument pas vacciner ma fille contre l'hépatite B. Merci pour votre réponse

    RépondreSupprimer
  49. Vous ne trouverez pas de vaccin tétravalent DTCoqPolio (Tétravac ou Infanrix Tétra) qui sont en rupture totale persistante. Par contre, il est possible en France de se procurer un vaccin pentavalent DTCoqPolio+Hémophilus (Infanrix Quinta) avec une commande du pharmacien par fax au laboratoire GSK (dont la maison mère est en Belgique) à partir d'une ordonnance de votre pédiatre. Pour plus de détails, lire ma réponse plus haut du 13 novembre 2015 (sauf que pour vous, ce sera GSK Belgique avec un autre N°de fax. Une ordonnance est obligatoire pour se procurer un vaccin et elle est également valable dans un pays étranger européen. Je pense qu'il est cependant inutile de courir les pharmacies de pays étrangers, vous n'aurez pas plus de chances qu'en Belgique.

    RépondreSupprimer
  50. Alors il existe des pharmacies qui en vendent des vaccins : je suis tombée dessus par hasard dans ma ville et donc j'ai tout de suite pris le nombre de vaccins nécessaires. C'est quand même étrange qu'il y en ait qui en reçoivent; de plus les deux marques l'Infanrix Quinta et le Pentavac. De plus, j'y suis allée deux fois en l'espace d'un mois car il n'y en avait plus assez (il m'en fallait 4) et ils en avaient de nouveau reçu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Infanrix Tétra trouvé en PMI il y a deux semaines !

      Supprimer
  51. Bonjour. J'ai commencé à mettre ma fille de 7 mois chez l'assistante maternelle, par contre elle n'est pas encore vaccinée. Etant donné la présence d'aluminium, je souhaite attendre qu'elle se mette à ramper et tenir debout ou marcher pour la vacciner car la maladie que je crains le plus est le tétanos. Je précise que je continue de l'allaiter et que j'ai eu la coqueluche il y a 3 ans. Pouvez-vous me dire s'il y a un risque chez la nounou à attendre qu'elle rampe ou marche ou dois-je faire un vaccin le plus rapidement possible? Quel vaccin me conseillez-vous? Est-il utile dans ce cas de faire la coqueluche ou dois-je me contenter du DTPolio (par exemple le Révaxis)?
    Ma pédiatre homéopathe ne conseille pas le Prévenar (peut être parce que j'allaite) et pense que l'Haemophilus ne provoque pas systématiquement de méningite ou d'épiglottite, qu'en pensez-vous?
    Autre chose : depuis la généralisation du vaccin de l'hépatite B dans les années 90, la technique d'injection est de piquer en intra-musculaire. Peut-on minimiser les risques de l'adjuvant aluminium en effectuant une injection en sous-cutanée comme cela se faisait autrefois? Comment va s'éliminer l'aluminium?
    Merci pour vos réponses et pour l'utilité de ce blog!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas d'urgence absolue à faire vacciner votre enfant si elle est en contact avec très peu de personnes chez sa nourrice et si de plus, vous continuez de l'allaiter, ce qui est un facteur protecteur indéniable.
      Vous n'avez pas à avoir de crainte en ce qui concerne le tétanos du fait simplement que votre enfant commence à marcher. Cette toxi-infection se contracte à l'occasion de plaies souillées par des spores tétaniques contenues dans le sol. Si une plaie ou une piqûre est superficielle, lavée puis désinfectée régulièrement, un tétanos ne peut pas se développer.
      En ce qui concerne la coqueluche, ce n'est pas une maladie immunisante et on peut très bien développer deux fois la coqueluche dans sa vie. Le fait que vous ayez présenté vous-même cette infection ne suffit donc pas à l'immuniser suffisamment.
      Pour les infections à Haemophilus, elles ne sont pas, heureusement, sources à chaque fois de méningites purulentes ou d'épiglottites et tant mieux. Ce sont surtout des infections ORL ou pulmonaires qui sont les plus fréquentes. Mais même si les infections invasives sont rares, elles n'en demeurent pas moins graves et cette vaccination bien tolérée a permis de diminuer très notablement les infections à cette famille de germes.
      Les infections graves à pneumocoques sont moins fréquentes chez les enfants qui ne vivent pas en collectivité et qui sont allaités. Le vaccin Prévenar 13 est donc effectivement plus discutable
      Pour l'aluminium adjuvant vaccinal, sa voie d'introduction parentérale (sous-cutanée ou IM) importe peu. Il est alors toujours aussi présent et subit le même métabolisme. Il se fixe de façon préférentielle dans l'os, les poumons puis foie et rate. Les pathologies liées cet aluminium vaccinal (myofasciite à macrophages) ont été décrites quasiment uniquement chez l'adulte, probablement chez des personnes prédisposées et après une sommation d'apports répétés de nombreux vaccins contenant cet adjuvant. Votre enfant ne risque donc, à cet âge, aucun problème de ce côté.
      Je vous conseillerais donc personnellement de débuter une vaccination DTCoqPolio+ Haemophilus dans les mois à venir. L'Infanrix Quinta commence à être disponible à nouveau dans certaines PMI et pharmacies. Il peut aussi être commandé par votre pharmacien directement par fax auprès du laboratoire GSK avec une prescription de votre médecin. A signaler que le vaccin DTPolio Révaxis contient aussi de l'aluminium et que ses valences diphtérie et tétanos sont nettement moins concentrées que dans les vaccins tétravalents ou pentavalents pour nourrissons, donc moins d'efficacité.

      Supprimer
  52. Bonjour. Ma fille a 10 mois, elle a pu faire tous ses vaccins en Infanrix Quinta depuis sa naissance à la PMI. J'appelle ce jour pour prendre rendez-vous pour le rappel des 11 mois en Mars. Ils n'ont plus de vaccins du tout et ma pharmacie refuse même de prendre ma commande. Je vais donc laisser courir ou perdre le carnet de santé !
    Je suis très inquiète. Est-ce que l'on peut m'obliger à vacciner ma fille avec l'Infanrix Hexa? Est-ce que vais avoir des problèmes avec la justice?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rappel de vaccin Infanrix Quinta n'"'est pas à faire juste 6 mois après la deuxième injection. Ce laps de temps peut être prolongé de 6 mois au minimum sans problèmes. Ce qui laisse le temps "d'aller à la chasse" au vaccin désiré.
      Comment procéder ? Le médecin faxe à la pharmacie l'ordonnance au nom et prénom de votre enfant, avec sa date de naissance. Il joint à cette prescription un courrier expliquant cette demande (refus parental d'injecter la valence hépatite B) avec le nom et les coordonnées de la pharmacie où ce (ou ces) vaccin(s) seront à livrer. Le pharmacien faxe à son tour cette demande à GSK (Fax : 01 39 17 84 45. Si une pharmacie refuse de réaliser cette commande (par paresse et négligence), il faut en visiter d'autres qui accepteront cette démarche pourtant facile.
      On ne peut pas sinon vous obliger à réaliser un vaccin hexavalent sans votre accord. Si vraiment vous ne trouvez pas de vaccin pentavalent Infanrix Quinta, vous pouvez vous procurer un vaccin tétravalent comme Boostrix et faire à part la cinquième valence (Haemophilus) en demandant un vaccin Act-HiB. Les démarches judiciaires ne sont faites ensuite que contre des parents qui refusent tout vaccin et pas simplement le rappel.

      Supprimer
  53. Bonjour et merci d'apporter les réponses dont les parents on besoin en cette période difficile.
    Pour réduire les risques liés à l'aluminium vaccinal, un pédiatre m'a proposé une dose réduite du Révaxis pour mon bébé (c'est-à-dire un peu près la moitié de la dose). Vous en pensez quoi? Sinon on est obligé de faire les 3 doses pour protéger un bébé ou bien une seule dose suffit? Combien de temps sera protégé un bébé avec par exemple une seule dose de vaccin Infanrix Tétra? Et combien de temps pour chacune des valences?
    Aussi, il y a du nouveau concernant l'action de l'avocate, Me Bergel, qui a décidé de saisir le conseil d'Etat:
    http://www.lepoint.fr/sante/penurie-de-vaccins-dtp-me-bergel-hatchuel-je-saisis-le-conseil-d-etat-19-02-2016-2019738_40.php#
    Pensez-vous que ça vaut le coup d'attendre ou que ça va tomber à l'eau?

    RépondreSupprimer
  54. Le vaccin Révaxis est un vaccin DTPolio destiné aux rappels prévus vers l'âge de 6 ans. Il contient des dose réduites des valences diphtériques et tétanos par rapport aux vaccins tétravalents du nourrisson (Infanrix Tétra et Tétravac). Si l'on injecte une dose réduite, on diminue d'autant son efficacité. Ce n'est donc pas une bonne idée, on se dirige vers un vaccin "homéopathique"...
    Si vous souhaitez ne faire que le vaccin obligatoire DTPolio, il faut que votre médecin fasse un ordonnance pour obtenir un "kit" des deux vaccins séparés DT et Imovax Polio, un courrier explicatif et les coordonnés de votre pharmacien où le(s) vaccin(s) sont à adresser. Il la faxe au laboratoire Sanofi 04 37 28 44 32 ou envoie un courrier au laboratoire producteur à Lyon. Trois doses suffisent avec cette présentation. Si vous ne faites qu’une seule doses, les anticorps disparaîtront en quelques mois, quelque soit la valence et encore plus vite pour les valences sous-dosées.
    Le dépôt de plainte devant le Conseil d'Etat sera irrecevable. Le conseil d'Etat a pour mission (entre autres)de défendre le droit des citoyens contre l'administration (Ici le Ministère de la Santé). Or ce n'est le Ministère ni Mme MST qui fabriquent ou commercialisent les vaccins DTPolio ou font de la vente forcée (Obliger à acheter un vaccin hexavalent), ce sont les laboratoires producteurs GSK et Sanofi... C'est contre eux qu'il faut porter plainte.

    RépondreSupprimer
  55. Bonjour. En faisant des recherches sur internet, je suis tombé sur un dossier très inquiétant du Dr Jean Pilette. D'après ces données, ça a l'air très dangereux de vacciner : http://www.info-vaccination.be/IMG/pdf/Pilette_-_aluminium_ds_vaccins.pdf
    Etes-vous d'accord avec la dose maximale d'aluminium qu'il pense être admissible? Sinon, quelle est le seuil limite à ne pas dépasser par rapport à la quantité de sang/ou par rapport au poids?
    Par avance, merci pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  56. J'ai lu attentivement ce dossier portant sur l'aluminium et ses risques. En ce qui concerne spécifiquement l'aluminium utilisé comme adjuvant vaccinal, il est actuellement présent dans la majorité des vaccins commercialisés (sauf le ROR, le BCG, Rotavirus...). Un apport massif d'aluminium au niveau sanguin est effectivement dangereux, c'est qui a été mis en évidence chez les personnes dialysées pour un insuffisance rénale et dont le bain de dialyse était très concentré en aluminium. Ceci se traduisait par ce qui a été dénommé "l'encéphalopathie des dialysés".
    En ce qui concerne, l'aluminium injecté à l'occasion d'une vaccination, celle-ci est réalisé par un injection intra-musculaire ou sous-cutanée et non pas par voie intra-veineuse directe. Cette injection intra-musculaire (le plus souvent) aboutit à un nodule vaccinal où l'adjuvant aluminium (considéré comme un corps étranger par l'organisme) a pour but de faire venir des cellules immunitaires, les macrophages, qui vont phagocyter cet aluminium vaccinal puis permettre d'augmenter l'intensité de la fabrication d'anticorps contre la partie vaccinale liée à cet aluminium. L'aluminium reste donc environ pour moitié stocké dans ce site musculaire vaccinal. L’autre partie migre lentement vers le système lymphatique (ganglions, rate)puis peut se lier aux macrophages sanguins ou à une protéine de transport sanguin (transferrine). Ce passage sanguin aboutit ensuite à une élimination urinaire partielle ou à un stockage dans certains tissus du corps, l'os surtout(50%), les poumons (25%, le foie et la rate (20%). Une très faible partie peut passer vers le système nerveux où il reste stocké de façon cumulative.
    Les calculs savants du Dr Pillette de concentrations plasmatiques de l'aluminium injecté après une vaccination en fonction de la dose d'aluminium contenu dans le vaccin et le volume plasmatique de l'enfant concerné sont donc totalement inadaptés à ce métabolisme de l'aluminium injecté par voie intra-musculaire. Ces beaux calculs seraient à retenir si l'on injectait ce vaccin par voie intra-veineuse directe, comme une perfusion... Or après une vaccination, on sait parfaitement que l'aluminium reste quelques mois au sein du muscle et s'en échappe de façon très lente et progressive.
    Ce qui compte, ce n'est donc pas la dose unique d'aluminium injectée lors d'une vaccination, c'est par contre la sommation de vaccinations répétitives plus ou moins justifiées jusqu'à l'âge adulte et leur accumulation possible au niveau cérébral. Cette situation peut aboutir, probablement chez certaines personnes adultes prédisposées à une affection dénommée myofasciite à macrophages, responsable de fatigue chronique, douleurs musculaires et troubles cognitifs. Dans cette affection, la biopsie musculaire montre que le granulome post-vaccinal n'a pas disparu mais qu'il persiste, des années après l'injection, retenant encore une partie de l'aluminium vaccinal au sein de ces macrophages.

    RépondreSupprimer
  57. Mon fils, né en 2010, a été vacciné à l' âge de 3 ans(cause eczéma sévère) avec le Tétravac acellulaire (les 2 premières injections sont faites la dernière datant du 6/12/2014)? Depuis impossible de s'en procurer la primo- vaccination n'étant pas terminée que dois je faire?
    Merci pour votre réponse

    RépondreSupprimer
  58. Bonjour. Tout d'abord, je tenais à vous remercier pour ce blog très instructif et surtout très à l'écoute de nous parents qui souvent nous retrouvons seuls face à nos incertitudes, nos craintes et nos questions. J'ai vacciné sans me poser de question ma première fille avec l'Infanrix Hexa. Pour mon fils actuellement âgé de 10 mois, une semaine après sa deuxième dose, à l'âge de 5 mois avec l'Infanrix Hexa, il a manifesté ce que je pensais être une simple rhino-pharyngite. Les trois premiers jours je n'ai donc pas été inquiète. Puis une toux étrange s'est installée (aboyante, stridente). Deux jours plus tard, au matin, je le retrouve totalement amorphe, ne sourit pas et ne gigote pas comme à son habitude. Même en le prenant dans mes bras, il ne réagissait pas. J'ai voulu réaliser un lavage nasal et là, il m'a fait un malaise. Le temps de l'habiller et de l'emmener aux urgences pédiatriques, il me refait un autre malaise (sans perte de connaissance totale). La température augmente et il est pris de vomissement une fois sur place.
    Le diagnostique des médecins: laryngite ayant entraînée un malaise vagal.
    Cependant depuis cette semaine, il a toujours toussé (la toux du "fumeur"), avait une respiration sifflante, une rhinite quotidienne s'est installée et malgré les nombreux lavages de sérum physiologique, rien ne passait. Tous les 15 jours, je retournais voir mon médecin traitant qui me disait continuer le sérum physiologique, que je problème était situé à la sphère ORL. Pendant 5 mois aucun changement. Récemment, j'ai été voir un pédiatre homéopathe qui me diagnostique une hyperactivité bronchique et m'explique que mon fils faisait des bronchiolites à répétition, non prises en charge correctement (j'ai pourtant vu 3 médecins avant qui me disait ne rien entendre à l'auscultation au niveau des bronches). Depuis, il est sous Ventoline/Flixotide et granules d'homéopathie. Cela va mieux. La toux est devenue occasionnelle et parfois la respiration redevient un peux plus bruyante, mais cela ne dure pas. Ce n'est que depuis peu que le doute sur la vaccination s'est installée. J'ai entrepris des recherches et ce que j'ai trouvé m'a fait énormément peur. Dans les réactions secondaires liés à l'Infanrix Hexa, on parle des affections des voies respiratoires supérieures et de la toux (peu fréquent si on suit la valeur des échantillons). Je parle de mes craintes à mon médecin traitant et mon pédiatre qui tous deux me disent que cela peut être une coïncidence et que si c'était un effet secondaire du vaccin, cela se serait manifesté dans les 72 heures (mais que l'on pouvait pas exclure un effet secondaire lié au vaccin mais ce n'est pas prouvable). Mon fils n'a jamais eu de problème de la sorte avant sa deuxième injection.
    Aujourd'hui, je refuse de lui faire son rappel à 11 mois avec l'Infanrix Hexa et je préfère retarder l'injection au maximum. Comment puis-je faire confiance à un autre Infanrix (quelque soit le nombre de valences) si je ne sais pas quel est le véritable coupable de l'état de santé de mon fils. Est-ce parce que le vaccin est un Hexa ou parce que c'est l'Infanrix en lui même ? Je tiens également à préciser que l'Infanrix Hexa a été injecté en même temps que le vaccin Prévenar 13. Merci pour votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de vos commentaires positifs qui nous incitent à poursuivre nos informations. En ce qui concerne votre question, je serais plutôt d'accord avec le pédiatre et le médecin traitant que vous rencontrez. Il me parait exclu qu'une pathologie respiratoire survienne autant à distance (4 jours) après la double vaccination Infanrix Hexa + Prévenar. De plus on imagine mal comment cela pourrait se pérenniser les semaines suivantes sous forme de toux quotidienne et de respiration sifflante. Enfin l'amélioration de ces symptômes sous la prise de sprays d'un bronchodilatateur (Ventoline) et d'un corticoïde (Flixotide) évoquent une pathologie respiratoire à type d'asthme du nourrisson ou de bronchiolite avec hyper-réactivité bronchique secondaire.
      Pour vous rassurer totalement, vous pouvez décaler les rappels des deux vaccins Infanrix (quelque soit le nombre de valences) et Prévenar de quelques mois, en attendant un climat plus doux sans épidémies de pathologies respiratoires et, de toutes façons, en dissociant ces deux vaccins qui n'ont aucun avantage à être faits le même jour.

      Supprimer
  59. Mon fils va avoir 16 mois. Il a été malade une partie de l'hiver, il n'a donc pas reçu son rappel de Prévenar à ce jour et n'a toujours pas été vacciné par le ROR. Il a eu ses 3 doses d'Infanrix, à mon grand désespoir puisqu'au départ je ne voulait pas le vacciner contre l'hépatite B... Je pensais faire le 1ère dose de ROR au mois d'avril et attendre mai pour le rappel de Prévenar. Quel est le plus urgent, le ROR ou le Prévenar en rappel ? Existe-t-il un risque à décaler ces vaccins ? Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'existe pas actuellement de foyers de rougeole en France. Il n'y a donc pas urgence à réaliser le ROR. Il me paraîtrait donc plus logique e terminer la vaccination anti-pneumococcique en réalisant le rappel de vaccin Prévenar. Il n'existe par ailleurs pas d'inconvénients sur le plan de la protection immunitaire à décaler un rappel vaccinal de quelques mois.

      Supprimer
  60. Mon fils, né en 2010, a été vacciné à l' âge de 3 ans (cause: eczéma sévère) avec le Tétravac acellulaire (les 2 premières injections sont faites, la dernière datant du 6/12/2014). Depuis, impossible de s'en procurer. La primo-vaccination n'étant pas terminée que dois je faire?
    Merci pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vaccin Tétravac est un vaccin DTCoqPolio. Il est actuellement impossible de s’en procurer effectivement et cela risque de durer.
      En tant que premier rappel aux deux premières injections, vous pourriez réaliser un vaccin Boostrix Tétra qui est aussi un vaccin DTCoqPolio, avec le petit inconvénient qu'il a des valences contre la coqueluche et la diphtérie qui sont à des taux plus bas que ceux du Tétravac. La seconde solution serait de lui faire ce rappel avec un Infanrix Quinta (DTCoqPolio+Hémophilus)que l'on commence à revoir sur le marché et que l'on peut aussi commander directement à la pharmacie habituelle par fax envoyé chez GSK, avec l’ordonnance du médecin et un petit mot expliquant pourquoi de choix est fait.

      Supprimer
  61. Peut-on faire une sérologie diphtérie, tétanos, polio pour voir si le taux d'anticorps est suffisamment élevé afin d'éviter un rappel de DTPolio à l'âge de 6 ans ? Cordialement. Merci pour votre réponse

    RépondreSupprimer
  62. Oui, cela est techniquement possible (le dosage des anticorps anti-diphtérique n'est par contre pas remboursé alors que les deux autres le sont). Le problème est que, sur le long terme, il sera nécessaire de faire un rappel vaccinal de toutes façons, si ce n'est pas à 6 ans, cela sera 2 ou 3 ans plus tard. Cela se conçoit à l'âge adulte pour éviter la multiplication des rappels mais chez le jeune enfant deux rappels sont au moins nécessaire à 6-7 ans et 11- 12 ans pour assurer ensuite une immunité durable.

    RépondreSupprimer
  63. Bonjour et merci pour vos articles. J'ai une fille de 2 mois qui ne va pas aller en crèche puisqu'elle sera gardée par ma mère. Mon médecin traitant m'a prescrit Infanrix Hexa plus Prévenar. J'ai réussi à trouver un Infanrix Quinta dans une pharmacie. Ils en avaient un seul en stock. Puis- je attendre qu'elle soit plus âgée pour lui administrer le Quinta? Je précise qu'elle est née à 36 semaines avec un poids de 2 kilos. Dois-je lui faire le Prévenar? Que se passe-t-il si je commence la première injection mais que je ne trouve plus de Quinta pour la deuxième injection?
    Que penser du vaccin ROR si elle ne va pas en crèche?
    Je suis perdue. De plus il est difficile de surmonter la pression des médecins sur les vaccins.
    Mon fils de 4 ans a eu ses injections de Quinta bébé. Que faut-il lui faire en rappel a 6 ans?
    Mon conjoint a des antécédents de convulsions après des vaccins.
    Merci de vos réponses à toutes ces questions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour votre fille de 2 mois, il n'y a effectivement pas d'urgence à débuter actuellement ses vaccinations, si elle est gardée par sa grand-mère, sans contact avec une collectivité et qu'elle est née un peu en avance. Vous pourriez-lui faire débuter ses vaccinations lorsqu'elle aura 6 mois environ, son système immunitaire sera plus efficace. Vous pourrez vous faire délivrer ensuite un deuxième Infanrix Quinta, car ceux-ci sont actuellement plus facilement disponibles, en les faisant commander par votre pharmacien, sur ordonnance faxée au laboratoire GSK. La vaccin Prévenar pourrait être réalisé en suite vers 9 puis 11 mois, surtout si vous ne l'avez pas allaitée.
      Le vaccin ROR n'est sinon pas urgent et n'a pas à être réalisée à 12 mois pile. Il peu aussi être décalé entre 18 mois et 2 ans, car si votre fille ne va pas en collectivité actuellement, elle sera scolarisée ensuite et risquerait de contracter plus facilement une rougeole à partir de ce moment.
      Pour votre fils aîné, il faudra prévoir un rappel de vaccin DTCoqPolio (Boostrix ou Répévax)entre 6 et 7 ans

      Supprimer
  64. Bonjour. Que risque ma fille de 3 mois si je ne la vaccine pas avec le vaccin Prévenar 13? Elle a reçu une dose de vaccin Infanrix Quinta et je devais faire le Prévenar ce mois-ci. Mais voilà, ma grande ayant convulsé suite à ce vaccin à l'âge de 3 mois, elle a été sous Dépakine et présente aujourd'hui un retard psychomoteur.
    Merci de m'éclairer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre fille aînée a probablement présenté une convulsion favorisée par une fièvre élevée apparue dans les suites de sa vaccination par le vaccin Prévenar, comme cela a été rapporté. Ce risque est majoré par la réalisation le m^me jour du Prévenar et d'un vaccin Infanrix Hexa, ce qui est bien mentionné dans la notice de ce dernier vaccin.
      Votre seconde enfant a également un risque de développer une convulsion fébrile car il existe un facteur familial pour ce phénomène épileptique. Il n'y a par ailleurs pas de bénéfices évidents à réaliser chez elle le vaccin Prévenar, surtout si elle n'est pas gardée en collectivité (crèche, halte-garderie) et/ou si vous l'allaitez.

      Supprimer
    2. Elle a hélas convulsée de façon apyretique. Et après une seule injection le même jour.

      Supprimer
    3. Vu les antécédents de votre premier enfant, avec cette crise convulsive san fièvre, je pense préférable déviter de réaliser le vaccin Prévenar poiur votre seconde fille. Si elle ne va pas en collectivité les deux premières années de vie, les risques d'infections graves à Pneumocoques sont infimes.

      Supprimer
    4. Je suis très attentive à ce post.J'ai moi-même une fille de 4 mois qui doit aller en crèche à ses 6 mois environ. Le père de ma fille, adopté étant petit, a potentiellement une terrain convusilf ( nous ne somme pas sur des ses antécédents) et mon papa a convulsé lui aussi petit. Mon conjoint a eu une fille d'une première union qui a convulsé à l'âge de 4 mois, des convulsions apyrétiques également. Elle présente aussi comme la fille de Madame un retard psychomoteur.
      Je ne veux faire que les vaccins obligatoires mais je ne pense pas que mon médecin soit hélas ouvert à la discussion. La valence coqueluche peut-elle être dangereuse suivant les antécédents familiaux ? A la base, j'étais partie pour faire un Infanrix Quinta sans le HIb, donc un DTCoqPolio. Je suis perdue, que me conseillez vous ? Le kit DTVa, le Révaxis ? Comment convaincre mon médecin qui me dit que rien n'est dangereux et que je devrais tout faire ?

      Supprimer
    5. Les convulsions déclenchées par les vaccinations sont le plus souvent en rapport avec une forte fièvre brutale dans les suites immédiates de la vaccination. Le vaccin de la coqueluche est beaucoup moins réactogène de ce point de vue depuis qu'il s'agit d'un vaccin dit "acellulaire", avec un nombre d'antigènes vaccinaux beaucoup moins nombreux que dans le vaccin antérieur, dit "à corps entier".
      Si toutefois, vous ne voulez réaliser que les vaccinations obligatires, DTPolio, il y a deux solutions:
      - Ou bien trouver un médecin qui vous prescrive ce vaccin DTPolio en faxant l'ordonnance chez l'industriel producteur demandant un vaccin DTVax plus un Imovax Polio (Fax : 04. 37 28 44 32 ou envoyée par courrier à SANOFI PASTEUR MSD, Support Médical Opérationnel, 8 rue Jonas Salk - 69007 LYON).En cas de carence, Sanofi fait appel à sa filiale canadienne.
      - Sinon, vous faire prescrire un vaccin Révaxis mais dont les valences du tétanos et surtout de la diphtérie sont à des taux nettement plus bas. Ceci s'explique par le fait qu'il s'agit en principe d'un vaccin destiné aux rappels chez l'enfant plus grand ou l'adulte. On peut pallier à cela en réalisant 4 injections en tout, au lieu de 3 proposées par le calendrier vaccinal officiel pour les vaccins classiques.

      Supprimer
  65. Bonjour Docteur Le Houezec. Tout d'abord, merci pour votre blog qui est très clair et très utile.
    Nous avons pu nous procurer un Infanrix Quinta pour une première injection à 24 mois. Notre médecin, n'ayant pas connaissance de la posologie pour une injection aussi tardive, nous conseille 2 injections supplémentaires, comme pour un nourrisson. Est-ce que nous devons vraiment faire 3 injection alors que notre enfant a déjà 24 mois ? D'avance, je vous remercie de votre réponse.
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci de vos encouragements. S'il vous semble vraiment utile, faites le connaitre dans votre entourage.
      En ce qui concerne votre enfant, votre médecin a raison. A deux ans, afin d'assurer une protection immunitaire suffisante, il faut prévoir, comme chez le nourrisson, trois injections vaccinales en tout dans un premier temps, deux à environ 2 mois d'intervalle et un rappel entre 6 et 12 mois plus tard.

      Supprimer
  66. LE CHALET Bethel5 avril 2016 à 14:55

    Bonjour. Ma fille a 4 mois dans quelques jours, je suis très embêtée car le vaccin DTPolio seul n'existe plus. Or je ne souhaite pas faire vacciner ma fille hormis le DTPolio obligatoire selon la législation française. Quelles sont les solutions. Merci de vos conseils.

    RépondreSupprimer
  67. Bonjour. Vous avez deux solutions
    - Faire commander par votre pharmacien, et avec une ordonnance de votre médecin un DTVax et un Imovax Polio auprès du laboratoire producteur Sanofi Pasteur à Lyon
    - Vous faire prescrire un vaccin DTPolio commercialisé sous le nom de Révaxis. Ce vaccin est en principe destiné aux rappels chez le grand enfant et l'adulte. Il est en effet moins dosé au niveau des valences anti-tétanique et surtout anti-diphtérique. Sa protection immunitaire est donc moindre. On peut compenser cela en réalisant 4 injections les deux premières années au lieu des 3 injections préconisées dans le calendrier vaccinal actuel.

    RépondreSupprimer
  68. J'ai un bébé de 4 mois que j'allaite exclusivement et que je compte allaiter jusqu'à l'âge d'un an. Mon médecin traitant qui la suit veut qu'elle fasse l'Infanrix Hexa couplé au Prévenar 13 depuis qu'elle a 2 mois. Je ne suis plus retournée la voir depuis car je sais qu'elle va me relancer et je refuse de lui injecter tous ces vaccins non obligatoires. Je suis dans l'attente d'une place en crèche pour septembre. Nous avons des antécédents d'épilepsie dans la famille du côté de mon mari. Je suis obligée de la vacciner si je veux qu'elle soit prise en crèche. Mes raisons sont elles suffisantes pour demander le DTPolio seul ? Quel serait l'argument à donner à mon médecin pour refuser le Prévenar 13, que j'avais d'ailleurs fait aux 2 et 4 mois de mon ainé qui a 3 ans maintenant. Ce même médecin me dit que je dois faire le rappel également. Merci d'avance pour votre retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puisque vous allaitez votre enfant et comptez poursuivre, ce en quoi vous avez raison, le vaccin Prévenar est superflu chez une enfant qui est gardée à domicile Si elle est mise ensuite en crèche, les vaccins obligatoires DTPolio seront effectivemùent exigés. Vous pourriez alors réaliser deux injections de DTCoqPolio sous forme de Boostrix Tétra. Le vaccin anti-Haemophilus Est également recommandé en collectivité Il peut être fait séparément sous le nom d'Act-HiB.
      Pour votre ainé de 3 ans, le rappel peut effectivement être réalisé s'il a déjà eu les deux premlières injections qui ont ét bien tolérées. Cependant le risque d'infections graves à Pneumocoques est moindre après 2 ans .

      Supprimer
  69. Bonjour. Ne souhaitant faire que le DTPolio pour ma fille de 4 mois, j'ai proposé Révaxis à mon médecin. Celui ci refuse car il n y a pas d'AMM pour une primovaccination sur ce produit, que risque t elle ? Par ailleurs, aucune pharmacie ne veut commander le kit DTPolio imovax.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vaccin DTPolio Révaxis n'a effectivement pas d'AMM chez le nourrisson puisque c'est un vaccin destiné aux rappels ultérieurs (à 6 ans et 11 ans ou chez l'adulte). Il n'a pas cet AMM car les valences du tétanos et surtout de la diphtérie sont inférieurs aux taux recommandés en primo-vacccination à cet âge. Il n'ya donc pas de danger à l'utiliser mais il risque d'être nettement moins protecteur.
      Pour commander un vaccin DTVax et un vaccin Polio Imovax, il faut une ordonnance d'un médecin qui est faxée par une pharmacie au laboratoire producteur. Cette ordonnance pourra être faxée au : 04. 37 28 44 32 ou envoyée par courrier à SANOFI PASTEUR MSD, Support Médical Opérationnel, 8 rue Jonas Salk - 69007 LYON. Si ce vaccin n'est plus disponible, le laboratoire peut faire venir un vaccin équivalent de sa filiale Sanofi située au Canada.

      Supprimer
  70. J'ai un vaccin Infanrix Quinta dans le frigo, à défaut d'un Tétra que je n'ai pas trouvé. Peut-on ôter la poudre du vaccin anti-Haemophilus (HIb) du Quinta pour qu'il devienne un Tétra, c'est à dire ne pas le reconstituer ? Merci de votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfaitement. Les valences DTCoqPolio sont contenues dans le liquide de la seringue. La valence de l'Haemophilus Influenzae b est contenue sous forme lyophilisée dans le petit flacon en verre. Si l'on injecte que le contenu de la seringue, on transforme un vaccin Infanrix Quinta en Tétra (DTCoqPolio).

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse et continuez ce blog qui répond aux interrogations de parents très peu souvent écoutés par leur médecin et qui nous informe sur des sujets interessants ! Bravo à vous

      Supprimer
  71. DUBONNET Frédérique20 avril 2016 à 13:48

    Bonjour et merci pour la clarté de vos commentaires. J'aimerais savoir s'il y a une différence entre l'Infanrix Quinta et le Pentavac? L'un est-il moins chargé en aluminium que l'autre? Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  72. Les valences antigéniques DTCoqPolio et Haemophilus sont quasiment identiques pour les vaccins Pentavac (Sanofi-Pasteur-MSD) et Infanrix-Quinta (GSK). Le Pentavac contient moins d'hydroxyde d'aluminium (0,30 mg) que l'Infanrix Quinta (0,95 mg). Cependant seul le Pentavac contient des conservateurs (formaldéhyde et phénoxyéthanol) dont on ne connait pas très bien les risques de les injecter de façon répétée en I.M. C'est pourquoi, je conseille pour ma part plutôt l'Infanrix.

    RépondreSupprimer
  73. Bonjour. J'ai une fille d'un mois et demi qui doit être vaccinée dans 15 jours. J'ai le Prévenar et le vaccin Infanrix Quinta que je suis arrivée par chance à trouver. Par contre, si je n'arrive pas à trouver la 2ème dose, comment puis-je faire? Après de nombreux appels aux pharmacies, le même message m'est donné : le vaccin va certainement revenir car ils ne peuvent plus faire de commandes depuis un mois. Est ce vrai?

    RépondreSupprimer
  74. Je ne vous conseille pas de réaliser le même jour le vaccin Prévenar et l'Infanrix Quinta. On peut très bien les dissocier. Il n'y a aucune urgence à se précipier ainis des l'âge de deux mois pile. Le risque de réaction immédiate fébrile avec pleurs prolongés est nettement majoré par cette conjugaison. Un délai d'un mois est donc raisonnable entre ces deux vaccins (surtout que les deux premières injections doivent être espacées de au moins deux mois).
    En second lieu, plusieurs parents m'ont effectivemnt rapporté que les vaccins pentavalents (Infanrix Quinta et Pentavac) devraient pouvoir être un peu plus disponibles à partir de juin prochain. A confirmer, car ces rumeurs liées aux manipulations des laboratoires producteurs sont toujours sujettes à caution. Si vous ne pouvez pas trouver d'Infanrix Quinta, vous pouvez tenter de vous procurer un Pentavac ou en dernier recours un vaccin Boostrix Tétra (DTCoqPolio) plus un vaccin Act-HiB (Haemophilus Influenazae) qui peuvent être réalisés séparément et couvrent les mêmes maladies que les pentavalents (avec simplement une moindre dose des valences antigéniques de la coqueluche et de la diphtérie).

    RépondreSupprimer
  75. En Allemagne, pour acheter le vaccin Révaxis, faut-il absolument une prescription?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vaccin Révaxis est le nom commercial d'un vaccin trivalent DTPolio commercialisé par Sanofi-Pasteur-MSD. Je ne sais pas s'il est commercialisé en Allemagne sous cette dénomination mais il existe très certainement un équivalent car on l'utilise surtout chez l'adulte pour les rappels DTPolio. Munissez-vous d'une ordonnance, même si cela n'est peut-être pas obligatoire dans ce pays, c'est plus prudent et faites bien préciser au médecin prescripteur qu'il indique vaccin DTPolio à côté du terme Révaxis qui est peu-être inconnu dans les pharmacies d'outre-Rhin.

      Supprimer
  76. Bonjour. Ne parvenant pas à trouver le vaccin Infanrix Quinta (aujourd'hui le labo a indiqué que ce vaccin ne sera pas disponible avant l'été) pour mon fils qui doit être vacciné le mois prochain (il aura 2 mois), je me demandais quels risques il y a à décaler le calendrier vaccinal? Mon bébé est allaité, ne sera gardé en crèche qu'en septembre et est le troisième d'une fratrie (4 ans et 17 mois). Mon pédiatre insiste pour qu'il soit vacciné à 2 mois à cause des infections à pneumocoques. Merci à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pouvez effectivement programmer une première injection de vaccin DTCoqPolio+Haemophilus (Infanrix Quinta)en juillet et réaliser auparavant le vaccin anti-pneumococcique (Prévenar)auparavant, en juin par exemple si votre enfant aura alors atteint l'âge de 2 mois, puis en août pour la seconde injection. Si le calendrier officiel des vaccinations recommande de réaliser ces deux vaccins à l'âge de 2 mois, il n'est nullement indispensable de les injecter le même jour. Au contraire, je pense que les effets secondaires (fièvre, pleurs...) sont moins important ou absents lorsqu'ils sont fait à distance l'un de l'autre.

      Supprimer
  77. Bonjour. Mon fils a eu sa deuxième injection de Pentavac à 5 mois. Il a aujourd'hui 9 mois et a toujours une sorte de nodule au lieu de l'injection. Il avait eu un nodule après la première injection, mais qui avait disparu au bout de 2 mois environ. J'en ai parlé à d'autres parents et aucun de leurs enfants n'a eu cette réaction. La pédiatre qui le suit parle de réaction allergique et affirme que ce n'est pas ennuyeux pour des injections ultérieures. Qu'en pensez-vous? Cordialement.

    RépondreSupprimer
  78. Cette réaction locale post-vaccinale sous-cutanée est liée à l'apparition d'un granulome inflammatoire autour de l'adjuvant aluminique considéré par l'organisme comme un corps étranger. C'est une réaction bénigne, purement locale qui finit toujours par disparaître en quelques mois mais peut parfois devenir source de démangeaisons locales et plus exceptionnellement se prolonger un ou deux ans. En tous cas réaction un peu gênante mais rien d'alarmant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre! Je pensais essayer de me procurer un Infanrix Quinta pour sa 3ème injection, en pensant que certains conservateurs du Pentavac pouvaient être en cause (il a un nodule sous cutané beaucoup moins marqué à la suite du Prévenar). D'après vous cela n'aurait donc pas d'intérêt?

      Supprimer
    2. Les valences antigéniques DTCoqPolio et Haemophilus sont quasiment identiques pour les vaccins Pentavac (Sanofi-Pasteur-MSD) et Infanrix-Quinta (GSK). Le Pentavac contient moins d'hydroxyde d'aluminium (0,30 mg) que l'Infanrix Quinta (0,95 mg). Le Prévenar contient quant à lui 0,125 mg d'aluminium. Cependant seul le Pentavac contient des conservateurs (formaldéhyde et phénoxyéthanol) dont on ne connait pas très bien les risques de les injecter de façon répétée en I.M. C'est pourquoi, je conseille de manière générale plutôt l'Infanrix. Par contre la charge plus notable en aluminium de celui-ci risque de redonner une réaction de granulome inflammatoire autour du point d'injection contenant cet adjuvant aluminique en plus grosse quantité.

      Supprimer
  79. Bonjour et merci pour tous ces conseils. Ma fille va bientôt avoir 15 mois et n'est toujours pas vaccinée. Elle ne va pas en crèche car sa mère s'en occupe à plein temps. Je crois savoir que nous avons jusqu'à ses 18 mois pour lui faire sa première injection.
    Ne souhaitant pas lui injecter le vaccin hexa en un et espérant le retour du DT Polio simple. Nous venons d'obtenir par notre pharmacie deux doses de vaccins Tétravac, expirant en octobre 2016. Que faire car nous ne sommes pas certains de pouvoir en obtenir un troisième. Pouvons-nous lui faire un autre vaccin par la suite ou bien fait il tout recommencer ? Nous ne souhaitons pas faire injecter à notre enfant des doses de produits pour rien. Il est vraiment dommage qu'en 2016, il soit plus compliqué de faire vacciner son enfant alors que cela devrait être plus facile et l'on devrait surtout avoir le choix comme des options (coqueluche, hépatite B, haemophilus...). Triste société, politique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pouvez effectivement réaliser les deux vaccins Tétravac (DTCoqPolio)à environ deux mois d'intervalle. Un rappel est ensuite nécessaire entre 6 et 12 mois plus tard puis environ 5 ans plus tard. Essayez de vous procurer un troisième vaccin Tétracoq dont la date de péremption soit compatible avec la date du rappel. Ce serait l'idéal. Il semble que ce vaccin soit à présent plus disponible depuis peu. Au pire, si vous ne pouvez pas vous le procurer au moment souhaité, vous pourrez vous procurer un vaccin Boostrix Tétra qui est facilement disponible. C'est aussi un DTcoqPolio mais les valences de la diphtérie et de la coqueluche sont moins dosées (car il est en principe réservé aux rappels ultérieurs).

      Supprimer
  80. Bonjour. Tout d'abord chapeau pour la travail que vous faites! Quelle admirable dévotion, d'autant plus que de nos jours il devient rare de trouver une aide ou service quelconque "gratuitement". Voici donc nos questions, nous vous remercions d'avance de votre retour.
    Nous habitons en Belgique et avons un garçon de 5 mois. Ici seul le vaccin contre la polio est obligatoire donc il en a déjà reçu 2 doses à 2 mois et 4 mois (car nous refusons de lui donner le vaccin hexavalant). Cependant il commencera à aller chez une gardienne (qui garde maximum 8 enfants) à partir de de fin mai et nous craignons surtout le tétanos et la diphtérie. Malheureusement les organismes qui s'occupent d'appliquer les vaccins ici ne nous proposent pas de solutions et nous incitent à donner le vaccin multiple sous prétexte qu'il n'existerait pas une autre version que celle-là. Nous nous sommes renseigné et il parait qu'avec une prescription, notre pharmacie peut se procurer le vaccin DT (ad usum pediatricum). Devons nous vraiment craindre ces deux maladies? Si notre raisonnement est juste, quel vaccin DT conseilleriez-vous (meilleur labo, taux d'aluminium minimum ...)?
    NON à l'hexavalant: Nous voulons surtout lui éviter le vaccin contre l'hépatite B qui pour nous n'a aucun sens à un si jeune age. Pour ce qui est de la coqueluche, nous estimons qu'il est déjà hors risque. Avons nous raison? Nous n'avons pas vraiment d'avis à propos de l'haemophilus.
    Tout autre commentaire ou raisonnement qui puisse nous aider est le bienvenu. Un grand merci

    RépondreSupprimer
  81. Bonjour et merci de commentaires encourageants. En ce qui concerne le vaccin couplé contre diphtérie et tétanos (DT), je ne peux vous donner qu'une réponse concernant le territoire français car je ne connais pas les vaccins qui sont commercialisés en Belgique. En France, un médecin peut faire une ordonnance prescrivant un vaccin DT. et la pharmacie alors peut s'adresser directement au laboratoire producteur Sanofi-Pasteur-MSD à Lyon pour se procurer ce vaccin commercialisé sous le nom de DTVax. Il y a eu des difficultés de distribution également de ce vaccin et le laboratoire a alors distribué un vaccin équivalent par le biais de sa filiale de production Canadienne. Si vous avez des amis qui n'habitent pas trop loin de chez vous, dans le nord de la France, vous pourriez les solliciter pour qu'ils fassent cette démarche pour vous.
    En ce qui concerne la coqueluche, les formes graves, voire mortelles, atteignent uniquement le jeune nourrisson de moins de 2 mois (du fait d'apnées) et le risque de forme grave est effectivement passé. Pour le vaccin anti-Haemophilus, celui me parait adapté pour une enfant en contact avec 7/8 autres enfants et très efficace. Il peut être réalisé séparément par un vaccin commercialisé sous le nom d'Act-HiB qui est bien toléré. Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  82. Merci pour votre blog qui apporte beaucoup de réponses. Mon garçon de 10 ans passés n'a pas eu son rappel de DTCoqPolio à l'âge de 6 ans, comme il l'est indiqué dans le calendrier vaccinal (fièvre, otites... et certainement un oubli de contrôle !). Son immunité sera-t-elle faible malgré son rappel de vaccination qui aura lieu à 11 ans. Sera-t-il immunisé correctement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsqu'un retard est survenu par rapport aux intervalles proposés par le calendrier vaccinal officiel, il suffit de le reprendre avec un décalage qui n'entravera pas la réponse immunitaire. Le système immunitaire a une très bonne mémoire et il réagit aussitôt à l'injection de rappel même si elle lieu quelques années après le délai optimal. Pour votre garçon, vous pouvez donc programmer ce rappel dès maintenant, à l'âge de 10 ans, et un autre vers 15 ans passés.

      Supprimer
  83. Mon médecin a injecté à ma fille de 2 mois un vaccin Infanrix Hexa et elle a aussi injecté par erreur le vaccin Boostrix Tetra dans l'autre jambe, le même jour (vaccin qui était destiné à sa mère). Elle s'est renseigné et nous a dit qu'il n'y avait pas de danger. Vous pouvez nous confirmer (y compris pour le long terme) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y effectivement pas de danger. Votre enfant a reçu un vaccin DTCoqPolio+Hémophilus+Hépatite B associé à un vaccin DTCoqPolio dont les valences du tétanos et de la polio sont identiques et dont celles de la diphtérie et de la coqueluche sont moins élevées. Il n'y a donc pas danger immédiat ni dans le futur pour ce surdosage ponctuel des valences du tétanos et de la polio surtout.
      Afin d'atténuer l'effet local et général de la seconde dose vaccinale, je laisserais un intervalle de 3 à 4 mois (au lieu des 2 mois recommandés habituellement), puis 12 mois pour le rappel (qui est conseillé à partir de 6 mois entre seconde et troisième injection).

      Supprimer
  84. Bonjour, ma fille est dans son 5ème mois, je souhaite la faire vacciner à ses 6 mois car elle va rentrer en crèche par la suite. J'hésite encore sur les vaccins, notamment sur la valence coqueluche. Est-t-elle encore nécessaire à son âge? La maladie peut-elle être mortelle pour elle ? Merci de m'éclairer sur l'utilité de cette valence car mon médecin m'a clairement fait peur avec cette maladie.

    RépondreSupprimer
  85. La coqueluche est une maladie qui peut survenir à tout âge et qui en plus ne donne pas d'immunité ultérieure. Les populations touchées sont les nourrissons trop jeunes pour être vaccinés et les adolescents et adultes qui ont perdu la protection conférée par le vaccin ou la maladie.La transmission est aérienne et se fait au contact d'un sujet malade (toux). Elle est essentiellement intra-familiale ou bien au sein de collectivités. C'est une maladie assez épuisante du fait des quintes de toux incessantes, perturbant en particulier le sommeil. Elle est potentiellement dangereuse avant l'âge de 3 mois où elle peut se présenter sous forme de "coqueluche maligne" avec détresse respiratoire et apnées. Passé cet âge, il n'y a pas de décès dus à cette infection. Ceci dit, les vaccins actuels, dit "acellulaires" sont bien tolérés, beaucoup moins à l'origine de fièvre importante ou de cris prolongés que les vaccins de première génération dit "à corps entiers". Leur durée de protection est par contre plus courte, c'est pourquoi , on recommande un rappel ensuite vers l'âge de 11 ans et à l'âge adulte. Voilà les éléments essentiels pour choisir ce que vous souhaitez faire à propos de ce vaccin.

    RépondreSupprimer
  86. J'ai lu les commentaires précédents et vos réponses. J'ai remarqué que vous déconseillez de faire le Prévenar en même temps que le vaccin hexavalent et que vous précisez souvent que le Prévenar est important surtout pour les bébés en collectivité et non allaités. Ma fille de 5 mois n'est pas en collectivité et je l'allaite exclusivement. Par contre, elle a 5 grands frères et sœurs qui sont instruits à domicile (sans pour autant être isolés car ils ont de nombreuses activités sportives et artistiques) et qui sont, eux, vaccinés. Dans ce contexte, quel est le rapport bénéfices/risques du Prévenar pour mon bébé ? Je précise qu'elle a manifesté d'une part une immaturité du système nerveux avec apnées centrales et qu'elle a donc été sous caféine et monitoring pendant son sommeil jusqu'à tout récemment. D'autre part, elle a fait une bronchiolite à 3 semaines suivie de deux gastro-entérites, d'une grippe et qu'elle est enrhumée quasiment en permanence. Son système immunitaire est donc fragilisé. De plus, je voudrais retarder les injections de vaccin hexavalent (tétra ou pentavalent si je trouve) jusqu'à son premier anniversaire. Merci d'avance pour vos conseils.

    RépondreSupprimer
  87. D'après votre message, si votre enfant a présenté des apnées, elle a dû naître prématurément. De plus, malgré l'allaitement maternel, elle a présenté des maladies infectieuses probablement au contact de sa fratrie de cinq autres enfants. Dans ce contexte de "mini-collectivité" et de défense immunitaire incomplète, je pense que le vaccin anti-pneumococcique Prévenar serait ici indiqué dès à présent. Le vaccin DTCoqPolio+Hémophilus (Infanrix Quinta ou Pentavac) pourrait être envisagé ensuite, dans 3 mois, avant la saison hivernale prochaine, période plus à risque de contracter des maladies respiratoires avec la possibilité de surinfections à Hémophilus influenzae.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre malgré l'ancienneté de ce post. Je précise que ma fille n'est pas née prématurément et que la cause de ses apnées centrales n'a pas été retrouvée. Son frère le plus proche étant décédé à l'âge de deux mois d'une MSN (mort subite du nourrisson), elle est particulièrement surveillée. C'est dans ce contexte que je m'interroge concernant l'intérêt de retarder la vaccination : serait-elle un facteur aggravant chez une enfant présentant un trouble du système nerveux d'une part, et une immunité fragile d'autre part ?

      Supprimer
    2. L'antécédent de mort subite inopinée chez son frère et l'existence d'apnées d'origine centrales sans prématurité justifient effectivement une attention particulière chez votre fille. Si le monitorage de son sommeil a été arrêté récemment, c'est probablement que cette surveillance n'avait pas détecté d'alarmes depuis quelques semaines. De plus les données statistiques française concernant la mort subite montrent un sur-risque dans les 6 premiers mois, au cours desquels on recense 84% des décès (http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=6928). De plus une méta-analyse de 2007 avait montré qu'il n'existait pas d’augmentation des cas de mort subite chez les enfants vaccinés, au contraire la fréquence de cet accident était plutôt moins fréquent (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17400342).
      La vaccination Prévenar pourrait donc être débutée après l'âge de 6 mois afin d'éviter une infection grave à pneumocoques, puis les autres vaccinations avant la période hivernale comme je vous le suggérais.

      Supprimer
    3. Bonjour. Merci beaucoup pour le temps que vous consacrez à nous répondre. Ma fille, hospitalisée cette semaine pour une polysomnographie, a reçu malgré mes réticences, le Pentavac à cause du risque de coqueluche, et a été surveillée 24 h à l'hôpital. Puis, la seconde nuit à la maison donc, elle a fait trois apnées elle est monitorée lors du sommeil) de 23, 84 et 22 secondes. Auparavant, ses dernières alarmes d'apnées avaient été le 6 avril (sous caféine) et le 17 mai (sans caféine). Du coup, difficile de ne pas voir de lien avec la vaccination. Elle doit normalement avoir le Prévenar aujourd'hui mais compte tenu de cette réaction j'ai peur d'en rajouter... Qu'en pensez-vous ? Qu'est ce qui dans la vaccination peut provoquer, comme indiqué d'ailleurs dans la notice à propos dans grands prématurés, des apnées ? La réponse immunitaire ou les adjuvants (aluminium...)?

      Supprimer
    4. Le problème que vous évoquez est délicat. Il est indiscutable que la survenue d'apnées d'origine centrale dans le premiers mois de vie, chez une enfant non prématurée, n'est pas banale, ce d'autant que l'on ne peut que relier ces symptômes à la mort subite inopinée de son frère.
      La recrudescence des apnées dans les 48 H suivant l'injection vaccinale interpelle également même si on ne peut les expliquer (Facteur de stress ?). Pour ma part, il me paraîtrait plus prudent d'attendre quelques semaines avant de réitérer une autre injection vaccinale, telle que celle d'un vaccin Prévenar.

      Supprimer
  88. Merci pour toutes les réponses détaillées que vous apportez à chaque parent! Pensez vous qu'un jour il soit possible que les laboratoires refabriquent le vaccin DTPolio sans aluminium ou cette chance est très minime? Savez-vous si en Europe ou même au Canada, il existe encore un vaccin DTPolio sans aluminium?
    Les laboratoires Sanofi et GSK gèrent-ils le marché des vaccins français ou tout le marché mondial?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très pessimiste sur la réapparition d'un vaccin DTPolio sans adjuvant aluminique. Les industriels du marché vaccinal actuel se désintéressent totalement de la fabrication d'un vaccin dont la commercialisation ne serait pas ou très peu rentable.
      De plus comme vous le soupçonnez, les deux fournisseurs français principaux se partagent les meilleures parts du gâteau des ventes de vaccins dans le monde, GSK 25%, Sanofi-Pasteur-MSD 25% et le sous-groupe Sanofi-Merck 7%. Sinon les trois autres groupes sont Whyeth 17%, Merck seul 15% et Novartis 6%. De plus 90% des vaccins mondiaux sont fabriqués en Europe.

      Supprimer
  89. Bonjour, et merci de votre blog : quasiment le seul endroit où l'on peut trouver des informations objectives sur l'épineuse question des vaccins !
    Mon fils de 2 ans a eu une première injection d'Infanrix Quinta le mois dernier (fax au labo, etc). Mais pour son rappel, impossible d'en avoir un autre, comme pas mal de personnes l'ont constaté. Du coup, le labo nous a envoyé le Pentavac pour ce rappel. Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les valences antigéniques DTCoqPolio et Haemophilus sont quasiment identiques pour les vaccins Pentavac (Sanofi-Pasteur-MSD) et Infanrix-Quinta (GSK). Le Pentavac contient moins d'hydroxyde d'aluminium (0,30 mg) que l'Infanrix Quinta (0,95 mg). Cependant seul le Pentavac contient des conservateurs (formaldéhyde et phénoxyéthanol) dont on ne connait pas très bien les risques de les injecter de façon répétée en I.M. C'est pourquoi, je conseille de manière générale plutôt l'Infanrix. Mais dans le cas présent, si vous n'avez pas le choix, il est indiqué de réaliser le vaccin Pentavac plutôt que rien.

      Supprimer
    2. Vous dites précédemment que seul le Pentavac contient du formaldéhyde et du phénoxyéthanol. Cependant j'ai vu sur la notice de l'Infanrix qu'il y en avait aussi (au moins des traces utilisées lors du processus de fabrication), la différence est que l'un précise la quantité et l'autre non. Aussi, êtes-vous certains que l'Infanrix Quinta contient 0.95 mg d'aluminium car moi j'ai vu 0.5 mg? Et je commence à culpabiliser aussi...
      Pensez-vous que la ministre ou la France va supprimer l'obligation vaccinale d'ici peu?

      Supprimer
    3. La notice VIDAL 2015 de l'Infanrix Quinta ne mentionne pas la présence de phénoxéthanol ni de formaldéhyde. Si cela est indiqué, "à l'état de traces", sur la notice papier délivrée avec le vaccin, c'est plus je pense par précaution d'une éventuelle contamination minime dans la chaîne de fabrication qui a pu traiter auparavant d'autres vaccins qui en contenaient (c'est comme lorsqu'il est indiqué "peut contenir des traces d'arachide" sur certains aliments industriels, ce qui dégage la responsabilité du producteur en cas de problème).
      En ce qui concerne le dosage d'aluminium, je me suis en effet mal exprimé. L'Infanrix Quinta contient 0,95 mg d'hydroxyde d'aluminium, ce qui correspond à 0,5 mg d'ion aluminium (Al+++) et le Pentavac contient 0,3 mg d'ion aluminium.
      Quant à la suppression de l'obligation vaccinale, je ne peux vous donner que mon sentiment personnel car je n'ai pas d'information précise à ce sujet (sauf que le Pr Floret, président du comité technique des vaccinations est en sa faveur). C'est donc dans l'ère du temps, ce d'autant que les autres pays européens occidentaux n'ont plus d'ou presque plus de politiques vaccinales d'obligation.

      Supprimer
  90. Mon fils n'a été vacciné qu'à l'âge de 2 ans car il n'a jamais fréquenté de collectivité. Face à cette pénurie, je me suis rendue en Belgique pour me procurer un DTCoqPolio, habitant la frontière, je n'ai pas hésité à aller me renseigner. Pas de problème de rupture de stock en Belgique, je me suis donc procuré l'Infanrix IPV qui est l'équivalent de l'Infanrix Tétra en France, les doses d'anatoxines n'y sont pas réduites. Le seul "hic", c'est qu'on est pas remboursé et il faut payer 30 € la dose.
    Si vous voulez reconstituer l'Infanrix Quinta, il vous reste à y ajouter le vaccin Act-Hib à commander en pharmacie. Ce vaccin comportant les bonnes doses, mon médecin a accepté de lui faire, celui-ci étant autorisé en primo vaccination à partir de 2 mois. Il est produit par GSK.

    RépondreSupprimer
  91. Merci de cette information qui peut rendre service à des familles frontalières. Ceci-dit, depuis une quinzaine de jours, certaines pharmacies françaises peuvent délivrer à nouveau des vaccins DTCoqPolio (Tétravac) ou DTCoqPolio+Haemophilus (Pentavac) mais de façon aléatoire.

    RépondreSupprimer
  92. Bonjour Docteur et merci beaucoup pour toutes les informations et conseils que vous donnez. J'ai des petits-enfant de 1 mois et 6 mois qui vont devoir se faire vacciner prochainement. Ma fille a trouvé le PENTAVAC il y a un mois. Mais j'aimerais savoir ce qu'il en est du phénoxyéthanol et du formaldéhyde. Vous, en tant que médecin, vous ne savez rien à ce sujet malgré les revues médicales qui sont publiées et qui sont à votre disposition ? J'aimerais connaître votre avis et savoir ce que vous feriez si c'étaient vos enfants ou petits-enfants ? Je vous remercie beaucoup pour vos réponses !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le phénoxyéthanol et le formaldéhyde sont des conservateurs.
      - Le phénoxyéthanol est utilisé surtout dans les cosmétiques. La pharmacovigilance (ANSM) recommande de ne pas dépasser une concentration très faible (0,3%) dans ces produits destinés à une application cutanée chez le nourrisson. Ceci se base sur des expérimentations animales pour lesquelles ce produit est suspecté d’être toxique pour la reproduction et sur le développement à fortes doses chez celui-ci. L'ANSM rajoute que toutefois, aucune publication de tels effets systémiques attribuables au phénoxyéthanol, suite à l’utilisation de produits cosmétiques, n’a été rapportée chez l’homme.Il peut également déclencher des allergies lors de son utilisation cutanée.
      - Le formaldéhyde est un conservateur bactéricide. Il peut être présent à faible dose dans l'alimentation humaine. On le retrouve à l'état gazeux lors de la combustion de matières organiques (fumée de tabac, gaz d'échappement, feux de foret) et il est utilisé par l'industrie du bois dans les colles. Son inhalation répétée est dangereuse et considérée comme cancérigène, par voie respiratoire donc (voire analyse de l'ANSES). Il n'y a pas de toxicité reconnue ou décrite lors de l'administration par voie IM. Son inhalation par les bébés de résidus de colles dans les meubles neufs en aggloméré est donc surement plus dangereuse.
      - Ces deux produits sont heureusement présents en quantités très minimes dans ce vaccin Pentavac. Leur toxicité parait donc très improbable. Cependant la multiplication des injections pose problème, surtout lorsque l'on sait que le vaccin concurrent, l'Infanrix Quinta, peut s'en passer. C'est pourquoi je prescris de préférence l'Infanrix Quinta au Pentavac mais ce choix n'est pas très facile actuellement.

      Supprimer
  93. Bonjour. Merci tout d'abord pour toutes ces informations. Je voulais savoir s'il existait des examens à réaliser pour savoir si nos enfants sont suffisamment en bonne santé pour supporter ces vaccins ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour.Il n'y a pas de bilan ni d'examen biologique préalable permettant de savoir si un vaccin sera bien supporté. Il faut tenir compte de ses antécédents familiaux, de son mode de vie (garde à domicile ou en collectivité...), de ses problèmes de santé éventuels antérieurs (prématurité, croissance , maladies infectieuses préalable ou manifestations allergiques....
      Il faut ensuite en fonction du contexte proposer les vaccinations qui semblent utiles et bénéfiques et les réaliser pas trop tôt, pas trop vite pour que le système immunitaire soit plus efficace. Chaque vaccin sera réalisé séparément avec des intervalles suffisants (un mois par exemple) et à distance d'une maladie infectieuse trop récente (au moins un mois également) ou en période de contage (par exemple, épidémie de varicelle ou de grippe à la crèche)... Voilà les principales précautions à respecter.

      Supprimer
    2. Je vous remercie beaucoup Docteur pour votre réponse rapide malgré votre travail ! En ce qui concerne le Pentavac, depuis que vous l'avez injecté à de nombreux enfants, vous n'avez pas rencontré de problèmes chez eux ? J'ai travaillé en pharmacie dans les années 60, et à l'époque, avant toute vaccination, il était effectué une analyse d'urine. En cas de trouble, il était conseillé d'attendre quelques jours et de refaire une analyse. N’était-ce pas une bonne chose ? Et pourtant les vaccins ne contenaient pas les conservateurs que l'on retrouve actuellement...Merci pour votre réponse.

      Supprimer
    3. Je vous confirme que je n'ai pas rencontré de problèmes sérieux après l'administration des vaccins DTCoqPolio+Haemophilus type Pentavac. En ce qui concerne l'examen d'urines préalable à une vaccination, vous avez raison. On recherchait à l'époque la présence d'albumine dans les urines. Certaines maladie rénales (syndrome néphrotique, glomérulonéphrites) pouvant être réactivées par une injection de vaccin. Ceci est tombé en désuétude et n'a plus été effectué car le rendement de cet examen de routine devenu une sorte de "laissez-passer" vaccinal symbolique était quasi-nul voire anxiogène (faux positifs). Le pathologies rénales en cause donnant forcément d'autres signes cliniques que la simple albuminurie.

      Supprimer
  94. Bonjour et merci pour ce blog ! Néanmoins je suis complètement perdue entre les différents vaccins ! Ma fille va avoir 9 mois et n'est pas vaccinée. Je refuse de faire le vaccin contre l'hépatite B. Je ne suis pas sûre que la coqueluche soit nécessaire à son âge, qu'en pensez-vous ? Quant à l'Haemophilus est-ce nécessaire en collectivité ?
    En septembre, elle ira à la crèche et elle aura 11 mois et demi. On doit donc lui faire le vaccin DTPollio. Quel vaccin me conseillez-vous avec le moins d'aluminium et d'adjuvants ? Merci beaucoup pour votre retour !

    RépondreSupprimer
  95. Le vaccin DTPolio est le seul vaccin obligatoire pour que votre enfant puisse être admise en collectivité (crèche). Le vaccin DTPolio Pasteur sans adjuvant aluminique n'est plus disponible depuis 2008. Le vaccin DTPolio Révaxis est insuffisamment dosé en valence diphtérie et tétanos. Si vous faites ce vaccin, votre enfant sera considérée comme non protégée et ne sera pas admise en collectivité. Si vous ne voulez réaliser que ce strict minimum vaccinal, il faut commander, par le biais de votre pharmacie et avec une prescription médicale, un "kit vaccinal" chez Sanofi avec un vaccin DTVax et un autre vaccin Imovax Polio.
    Sinon vous pouvez trouver un vaccin tétravalent, avec la coqueluche donc DTCoqPolio. On peut se procurer actuellement le vaccin Tétravac. Ce vaccin est bien toléré et la coqueluche est une maladie ainsi évitable, même si elle est effectivement moins grave à cet âge que chez le très jeune nourrisson.
    La vaccination contre l'Haemophilus me parait aussi hautement utile chez une enfant en collectivité. Elle peut se faire avec un vaccin pentavalent, DTCoqPolio+Haemophilus. Celui que l'on retrouve actuellement de façon aléatoire se nomme Pentavac. Si vous ne voulez pas réaliser pour votre enfant le vaccin anti-coquelucheux et par contre faire le vaccin anti-Haemophilus, vous pouvez faire le DTVax + Imovax Polio et séparément le vaccin Act-HiB qui ne contient que la protection anti-Haemophilus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre réponse. Si c'était votre enfant, quel vaccin choisiriez-vous et pourquoi ? Je veux vraiment limiter les adjuvants et l'aluminium. Or dans le kit DTvax et Imovax Polio, il me semble qu'il y a beaucoup d'aluminium. Merci encore !

      Supprimer
    2. Dans le pack DTVx et Imovax Polio, il y a effectivement un adjuvant aluminique et en plus un conservateur, le thiomersal.
      Je préconise pour ma part le vaccin pentavalent Infanrix Quinta ou Pentavac. Avec mon expérience de plus de 30 ans de pédiatrie, je n'ai jamais eu aucun soucis, en dehors des réactions locales et de la fièvre et /ou pleurs temporaires.

      Supprimer
    3. Si l'on procède de cette façon, j'imagine que l'on reçoit encore plus d'adjuvant que dans le combiné Infanrix Quinta admettons ?

      Supprimer
    4. Oui,la quantité d'aluminium injectée sera au total supérieure.

      Supprimer
  96. Bonjour. Je viens de faire la première injection de vaccin Pentavac à ma fille de 6 mois. Puis-je choisir, lors de la 2ème injection dans 2 mois, le vaccin Infanrix Quinta? J'ai vu que le Pentavac contient du formaldéhyde et du phénoxyéthanol, je n'ai pas envie de la faire vacciner avec le Pentavac, mais est-ce possible de changer de marque de vaccin?
    Je ne sais pas si ici on peut parler du vaccin Méningitec. J'ai fait vacciner ma fille aînée il y a 3 ans. Elle se porte bien et n'a jamais eu de soucis suite à cette vaccination. J'ai vu que beaucoup de parents ont porté plainte contre le laboratoire qui le commercialise. Le Méningitec contiendrait des nanoparticules de métaux lourds... Vous en-pensez quoi de cette affaire? En tout cas, ça me fait peur et du coté de mes amies et de leurs enfants aussi. Mon pédiatre n'était même pas au courant de cette affaire et me dis de ne pas m'inquiéter, mais ça à l'air sérieux. Je ne sais plus quoi penser... J'ai regardé du coté de l'ANSM mais ils n'ont pas communiqué leur conclusion. En tout cas je vous remercie d'avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  97. Vous pouvez effectivement changer de marque de vaccin pentavalent. Infanrix Quinta et Pentavac ont les mêmes valences vaccinales. La différence est dans les conservateurs, ce que vous signalez à juste titre.
    En ce qui concerne le vaccin anti-méningococcique C, commercialisé sous le nom de Méningitec, il a effectivement été retrouvé dans certains lots des traces de métal qui a été identifié comme étant du fer. Les lots ont été retirés mais cela pose problème. Le problème n'est pas lié à la quantité de métal, mais à sa forme et à sa constitution. Les nano-matériaux (particules inférieures à 100 microns) peuvent très bien migrer dans l'organisme, pénétrer au sein des cellules, y rester ou les traverser pour se loger dans certains organes sans que l'on sache ce qu'elles peuvent y provoquer. Vous pouvez lire sur le site de l'ANSM cette reflexion à cette adresse : http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/9e564dc1ae4843b1bd8899d9bbe59e23.pdf
    J'étais déjà très réticent à rajouter ce vaccin contre un sérotype de méningocoque assez rarement retrouvé en France comme cause de méningite. cet incident encore non expliqué et aux conséquences inconnues me freine encore plus à le prescrire m^me s'il fait partie des recommandations officielles de la DGS.

    RépondreSupprimer
  98. Tout d'abord un grand merci pour votre blog. Voilà des mois que je retourne Internet au sujet de la vaccination des nourrissons et je trouve ici bien plus d’informations qu’ailleurs. Ma fille a 6 mois et je l'allaite. Pour le moment, elle n'a reçu aucun vaccin. Je m’occuperai d'elle à plein temps jusqu'à l’âge de 1 an minimum.
    Je m'interroge sur les aspects suivants de la vaccination:
    - Je ne souhaite pas faire vacciner ma fille contre l'hépatite B. Je me tournerai davantage vers le Pentavac plutôt que l'Infanrix Quinta, en raison de la dose d'aluminium moindre qu'il contient. Pourtant, j'ai l'impression qu'on ne parle que de l'Infanrix Quinta... Y a-t-il des inconvénients ou des risques supplémentaires à demander Pentavac. J'ai pris connaissances des problèmes causés par l'Hexavac, y aurait-il un lien?
    - Bien que ma fille ne soit pas gardée en collectivité, je souhaite qu'elle puisse être au contact d'autres enfants (parc, association...). Un vaccin contenant les valences DTPolio, Hib et coqueluche me parait bien. Qu'en pensez-vous? Le vaccin Prévenar serait-il nécessaire ?
    - Enfin, concernant l'hépatite B, mon pédiatre me dit que les nourrissons n'ont pas de myéline (j'ai pourtant lu le contraire) et que c’est donc le moment idéal pour vacciner ma fille. Toutefois, ce vaccin ne me semble pas indispensable dans l'immédiat. Si à l'avenir, je devais faire vacciner ma fille, à quel âge devrais-je le faire de préférence ? Y aurait-il alors plus de risques à la faire vacciner plus tard que maintenant ?
    Merci beaucoup de votre attention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je conseille habituellement la réalisation d'un vaccin pentavalent DTCoqPolio+Haemophilus que vous avez également choisi. Pour les différences entre Pentavac et Infanrix Quinta, je vous invite à lire les questions-réponse des 26 et 28 mai ci-dessus. Tout y est détaillé.
      En ce qui concerne le vaccin anti-pneumococcique Prévenar 13, si votre enfant sera ultérieurement en collectivité, vous pouvez réaliser ce vaccin à ce moment. De plus après l'âge d'un an, deux doses au lieu de trois sont suffisantes.
      Pour le problème de la myéline qui n'existerait pas , je vous invite à lire sur ce blog l'article "Le vaccin, la myéline et l'enfant" (http://pediablogdlh.blogspot.fr/p/le-vaccin-la-myeline-et-lenfant.html). Le vaccin anti-hépatite B peut très bien être réalisé pour les populations à risque (comme cela est fait en Grande Bretagne et dans les pays scandinaves) à la fin de l'adolescence ou chez l'adulte jeune.

      Supprimer
  99. Bonjour Dr Le Houezec. En me renseignant, j'ai lu que l'Haemophilus B engendrait rarement des complications. Est-il alors vraiment bénéfique de vacciner son enfant en sachant que le faire vacciner constitue un risque ?
    Qu'il s'agisse de ce vaccin ou encore de celui contre les pneumocoques ou méningocoques, ce sont des vaccins qui n'existaient pas il y a encore 20 ans. De nos jours, est ce que les risques sont plus présents qu’auparavant? Et peut-on vraiment dire qu'ils sont efficaces ?
    Car j'ai lu aussi que la vaccination contre l'Haemphilus Influenzae b favorisait l'apparition de méningites a Haemophilus de type f et e sur lesquels bien sur le vaccin n'avait aucun effet.

    Ce sont aussi les conséquences sur le long termes qui me font peur dans le fait de réaliser des vaccins. LA nature nous a doté d'un système pour nous défendre naturellement. Et on nous injecte des produits tout sauf naturels ... comment penser qu'ils sont sans danger ... et que cela n'a aucune incidence surtout sur des enfants ... Même à 1 an je trouve ça très précoce. Il est dit que des vaccins semblent favoriser l'apparition de maladies graves comme l'autisme, trouble de caractère, affections neurologiques, maladies auto immunes etc .. Difficile après avoir lu ça de laisser son enfant se faire vacciner.

    RépondreSupprimer
  100. Bonjour. Le vaccin contre l'Haemophilus de type b est efficace car il a permis une diminution indiscutable du nombre d'infections invasives à ce germe, en particulier les méningites purulentes chez le nourrisson. Les Données du réseau de surveillance Epibac disponibles sur le site de l'INVS (http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Infections-invasives-d-origine-bacterienne-Reseau-EPIBAC/Bulletin-du-reseau-de-surveillance-des-infections-invasives-bacteriennes) sont très nettes. Bien sur que ce vaccin n'existait pas il y a un peu plus de 20 ans, mais on voyait aussi des enfants mourir d'épiglottite (forme fulgurante de laryngite) ou des nourrissons de méningites purulentes. On ne voit plus ces épiglottites et l'incidence des méningites a sérieusement baissé durant ces 20 dernières années, avec des atteintes surtout survenues chez des enfants non-vaccinés. Comme vous le dites, la majorité des infections à Haemophilus ne sont pas graves (rhino-pharyngites, otites, sinusites, infections pulmonaires...) parce que ce sont des sérotypes non capsulés qui sont alors en cause. Parmi les infections méningées, ce sont les sérotypes b et non typables qui sont nettement prédominants. Les souches capsulées f et e sont peu fréquentes et il n'y a donc pas eu de déplacement vers ces sérotypes depuis la vaccination à large échelle dirigée contre le sérotype b.

    Par ailleurs, chaque vaccin présente des risques qui sont différents d’un vaccin à l'autre, comme tous médicament, toute intervention chirurgicale, toute anesthésie... Faut-il pour cela ne plus rien faire et attendre que dame nature nous protège de tout ? Nos moyens de défense naturels existent heureusement et la majorité des infections (virales en particulier) guérissent seules. Faut-il pour cela laisser évoluer une infection urinaire ou une angine bactérienne sans recourir à un antibiotique ? Faut-il ne pas opérer une appendicite ? Ne pas transfuser une anémie aiguë ? Ne pas faire de césarienne lors d'une présentation dangereuse pour le bébé ? La médecine a fait de très grands progrès depuis une cinquantaine d'années et refuser ces progrès sous prétexte qu'ils ne sont pas naturels est dangereux. Tous les vaccins ne sont pas forcément utiles ni anodins, c'est ce que je tente d'expliquer sur ce blog. Chaque vaccin doit être choisi en fonction de ses bénéfices attendus et des risques éventuels qu'il présente. Refuser par exemple de vacciner son enfant contre la poliomyélite ou contre le tétanos me parait être une prise risque non négligeable alors que ces vaccins dont le recul est important sont bien tolérés. Estimer ces risques à partir de tout ce qui s'écrit, se recopie, se transmet sur les forums Internet n'est pas fiable ni sérieux. Le Dr Google n'est pas toujours de bon conseil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non évidemment, je ne suis pas du tout contre le progrès de la médecine. Je suis la première à avoir recours aux antibiotiques quand il le faut et je suis moi-même vaccinée, mais il est vrai que depuis que je me renseigne au sujet des vaccins, je perds toute confiance. S'il ne s'agissait que de moi, je m'en ficherais, mais la simple idée qu'il puisse arriver quelque chose à mon enfant par ma faute, cela m'horrifie.
      J'ai tout à fait conscience qu'Internet regorge d'informations qui ne sont pas fiables, mais c'est justement en lisant des livres comme "Qui aime bien vaccine peu " rédigé par un groupe médical ou encore "Vaccinations les vérités indésirables" du Dr. Michel Georget que je m’inquiète.
      Enfin, quoiqu'il en soit, je vous remercie d'avoir pris le temps de répondre à mes interrogations.

      Supprimer
  101. Un médecin a-t-il le droit d'administrer un vaccin DTCoq Polio,acheté en Belgique sous un autre nom (Infanrix Ipv), a mon bébé ou risque-t-il des sanctions de l'Ordre des Médecins ? Car, il est interdit de faire un vaccin étranger malgré l'ouverture à l'union européenne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les médicaments distribués en France ne peuvent être commercialisés qu'après la délivrance par l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) d'une AMM (autorisation de mise sur le marché)qui n'est valable que dans ce pays (procédure nationale). Cependant, au niveau européen, dans le cadre d’une procédure centralisée, les sociétés pharmaceutiques peuvent aussi soumettre une demande de commercialisation à l’EMA (Agence Européenne du médicament). Une fois accordée par la Commission européenne, cette autorisation est valide dans tous les États membres de l'Union (procédure centralisée). La procédure par reconnaissance mutuelle (RPM, ou MRP en anglais) permet d'octroyer une AMM à certains États choisis par le demandeur, après l'octroi d'une AMM initiale par l'un des états membres.
      Il faudrait donc savoir quel type d'AMM a reçu ce vaccin avant de l'administrer dans les règles de la déontologie médicale.

      Supprimer
  102. Bonjour. Je tenais à vous remercier pour toute l'attention que vous nous accordez. Mon pédiatre m'a prescrit deux vaccins à faire le même jour Pentavac (à la place de l'Infanrix Hexa) et Prévenar 13. Quelles différences y a-t-il entre ces deux vaccins. Sont-ils complémentaires? Doivent-ils être administrés en même temps? En outre, mon fils est âgé de 2 mois bientôt et n'ira pas à la crèche puisque je suis en congé parental. Y a-t-il certains vaccins dont je peux me passer? Je vous remercie d'avance.

    RépondreSupprimer
  103. Le vaccin Pentavac est un vaccin pentavalent (DTCoqPolio+Haemophilus) et le vaccin Prévenar 13 est un vaccin dirigé contre 13 valences les plus dangereuses de Pneumocoques. Ces deux vaccins sont donc totalement différents. Il n'est pas obligataire ni recommandé, à mon avis de les injecter le m^me jour. Je trouve que cela réalise chez un petit nourrisson une stimulation immunitaire trop importante et source par exemple de réaction fébrile post-vaccinale plus intense. Même si cette association vaccinale à faire le même jour est recommandée par les autorités sanitaires, je pense plus sage de les dissocier à un mois d'intervalle par exemple. Il n'y a aucune urgence à se précipiter ainsi, dès l'âge de 2 mois, parce que cela est indiqué dans le calendrier vaccinal du Ministère, chez un bébé qui est gardé à domicile et en contact donc avec très peu de personnes. Le début des vaccinations peut très bien, dans ce cas de figure, être décalé de quelques mois sans aucun danger. Merci de votre confiance.

    RépondreSupprimer
  104. Le vaccin Pentavac est un vaccin pentavalent (DTCoqPolio+Haemophilus) et le vaccin Prévenar 13 est un vaccin dirigé contre 13 valences les plus dangereuses de Pneumocoques. Ces deux vaccins sont donc totalement différents. Il n'est pas obligataire ni recommandé, à mon avis de les injecter le m^me jour. Je trouve que cela réalise chez un petit nourrisson une stimulation immunitaire trop importante et source par exemple de réaction fébrile post-vaccinale plus intense. Même si cette association vaccinale à faire le même jour est recommandée par les autorités sanitaires, je pense plus sage de les dissocier à un mois d'intervalle par exemple. Il n'y a aucune urgence à se précipiter ainsi, dès l'âge de 2 mois, parce que cela est indiqué dans le calendrier vaccinal du Ministère, chez un bébé qui est gardé à domicile et en contact donc avec très peu de personnes. Le début des vaccinations peut très bien, dans ce cas de figure, être décalé de quelques mois sans aucun danger. Merci de votre confiance.

    RépondreSupprimer
  105. Bonjour et merci de répondre à toutes nos questions. Existe-t-il un vaccin monovalent contre la diphtérie? Ainsi on pourrait faire tétanos seul, polio seul et diphtérie séparément et le problème serait résolu non? Y a-t-il un intérêt à faire le vaccin contre la diphtérie de nos jours ou bien cette maladie aurait pratiquement disparu? Encore merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour . Il n'existe pas en France de vaccin contenat l'anatoxine diphtérique seule. Il existe effectivement un vaccina anti-poliomyélite( Imovax Polio) et un vaccin anti-tétanique seul (Vaccin anti-tétanique Pasteur).
      La diphtérie est para ailleurs une maladie qui a quasiment disparu en métropole. Les derniers cas recensés en France l'ont été à Mayotte. Vous trouverez les chiffres de ces dernières années sur le site de l'INVS: http://www.invs.sante.fr/%20fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-declaration-obligatoire/Diphterie/Donnees-epidemiologiques .
      Le risque de contracter un diphtérie est effectivement quasi-nul sur notre territoire mais il faut savoir qu'une fillette non vaccinée est décédée l'an passé en Espagne, contaminée par un porteur sain. Il existe des cas recensés également en Russie et en Asie. Le risque de vacciner contre cette infection étant nul, je trouve donc un peu risqué de ne pas réaliser cette protection efficace.

      Supprimer
  106. Mon pédiatre m'a prescrit le vaccin REVAXIS pour le rappel DTPolio de mon fils de 6 ans et demi. Ce vaccin était au départ destiné aux adultes et contient de l'aluminium, je sais que le DTPolio sans aluminium a été retiré du marché mais ai-je une autre alternative?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les vaccins contre diphtérie, tétanos et polio contiennent actuellement un adjuvant à base d'aluminium. C'est le cas effectivement du vaccin DTPolio Révaxis. Celui-ci était au départ destiné à la réalisation de rappels chez l'adulte mais il est autorisé pour le rappel à cet âge de la vie dans un contexte de pénurie de vaccins habituellement conseillés à cet âge, à savoir un rappel DTCoq Polio comme Infanrix Tétra ou Tétravac. La valence contre la diphtérie y est cependant nettement moins dosée et la protection donc moindre.

      Supprimer
    2. Je vous remercie de votre réponse. En résumé il n'y a plus le choix, c'est REVAXIS ou rien puisqu'il n'y a pénurie de Tetravac et infanrix tetra. Ce rappel de vaccin doit se faire a 6 ans et demi, est il possible d'attendre un peu pour voir si les choses évoluent sur le choix des vaccins disponibles?

      Supprimer
    3. Le rappel vaccinal préconisé à cet âge peut contenir soit 3 valences (DTPolio), soit 4 valences (DTCoqPolio). Pour le DTPolio, il n'existe effectivement que le Révaxix ou la possibilité de commander auprès du laboratoire Sanofi-Pasteur de Lyon, par l'intermédiaire d'un médecin prescripteur, un "kit vaccinal" avec un DTVax plus un PolioImovax séparés.
      Pour le DTCoqPolio, vous avez le choix entre Tétravac (que l'on trouve encore par intermittence), ainsi que Boostrix Tétra ou Répévax. Tous ces vaccins, comme je l'écrivais plus haut, contiennent un adjuvant aluminique.
      Sinon, vous pouvez bien sur attendre un an ou deux pour réaliser ce rappel vaccinal qui se fait en principe au bout de 5 ans, sans que cela soit une date butoir. La protection vaccinale de votre enfant ne va pas s'interrompre brutalement au bout de 5 ans mais diminuer lentement au fil des mois et réapparaître rapidement dès le rappel réalisé.

      Supprimer
  107. Merci pour ce blog très instructif et complet. Notre Fils à 1 an et 1 mois et rentrera en crèche dans deux mois. Il n'est pas vacciné à ce jour et naturellement, il faut présenter un carnet de santé portant des vaccins pour pouvoir lui permettre l'accès à la crèche. A votre connaissance, un courrier du Médecin traitant déclarant qu'en raison de la non disponibilité d'un vaccin trivalent et citant divers articles de loi (un modèle de cette attestation peut être trouvé sur la toile), il ne peut vacciner notre fils. Est-il efficace et a valeur de dispense face aux autorités "locales" (j'entends par là les collectivités locales ou territoriales) ?
    Autre question, pour être sûre de bien comprendre : à ce jour, on ne peut plus trouver nulle part de vaccins trivalents au calcium ? Par nulle part, j'entends France, pays limitrophes voire même plus loin (Canada?). Et ces vaccins trivalents au calcium contenaient parfois mercure et/ou formaldéhyde ?
    Si l'on résume, à ce jour, on ne peut se procurer que l'hexavalent alu sauf en cas de courrier du médecin + ordonnance ouvrant alors droit à un pentavalent à l'aluminium mais qui peut devenir un tétravalent si on n'ajoute pas la fiole à part ? Dans tous les cas, le vaccin "grand public" comme le vaccin obtenu via un courrier contiennent de l'aluminium ?
    Pouvez-vous rappeler les noms commerciaux des vaccins pour chaque type de "formule" et ce qu'ils contiennent ? À savoir : tétra, penta, etc. + adjuvants (ceci afin de savoir quoi demander en cas d'appel à l’étranger) ?
    L'allaitement peut-il permettre que notre Fils soit immunisé "naturellement" (sans le recours à un vaccin)? Auquel cas une analyse de sang peut-elle mettre en évidence cette "immunisation" (et si les analyses sont positives, éviter ainsi des vaccins correspondants, hors tétanos naturellement) ?
    D'avance merci pour le temps que vous prendrez pour me répondre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun certificat ne vous permettra d'intégrer votre enfant dans une crèche dont les responsables se doivent de respecter la législation actuellement en cours, même si elle parait obsolète. Tous les vaccins actuellement sur le marché contre DTpolio contiennent effectivement un adjuvant aluminique.. Vous pouvez vous procurer un vaccin DTpolio sur demande au laboratoire Sanofi-Pasteur de Lyon par le biais d'un kit vaccinal comportant un vaccin DTVax et un vaccin ImovaxPolio. Il contiennent malheureusement aussi de l'aluminium. Pour la liste des vaccins et de leurss composant, ce serait trop long sur ce forum. Contactez-moi à doleho@cegetel.net et je vous la ferai parvenir.
      L'immunité "naturelle" contre des maladies comme le tétanos la diphtérie et la poliomyélite n'existent pas. Même si le lait maternel peut transmettre de petites doses d'anticorps maternels, ceux-ci restent enfaible quantité et leur durée de vie est de l'ordre de 3 mois.

      Supprimer
  108. Bonjour Docteur. Tout d'abord merci pour votre travail d'information et votre disponibilité. Maman d'une petite fille de 20 mois (et d'une grande de 5 ans vaccinée à minima), gardée à la maison pas encore vaccinée, j'aurai aimé avoir votre avis. Ma fille de 20 mois est allaitée depuis sa naissance (allaitement exclusif jusqu'à 6 mois/ Allaitement 5x/jour + diversification jusqu'à ces 18 mois/ et encore à ce jour en plus de l'alimentation, allaitement matin et soir uniquement). Bébé jamais malade excepté un épisode d'éruption pétéchiale impressionnant (pendant 3 mois de janvier à mars 2016) sans explication véritable (beaucoup d'examens réalisés par pédiatre: plaquettes normales, seuls signes d'une infection virale).
    Nous souhaitons la faire vacciner mais à minima, j'ai réussi à me procurer un Infanrix tétra et un Tétravac. Mes questions sont les suivantes:
    - Il y a-t-il un véritable risque de contamination par le tétanos si bébé n'est pas vacciné et qu'elle commence à marcher durant l'été en plein campagne?
    - Le fait que je l'allaite toujours nous permet-il d'attendre qu'elle ai 2 ans en octobre (poussée dentaire/ perte d'appétit dû aux fortes chaleurs en ce moment) pour la primo-vaccination?
    - Peut-on utiliser l'Infanrix tétra en primo puis continuer avec le Tétravac pour la 2ème injection?
    - L'épisode d'éruption pétéchiale inexpliqué constitue-t-il une contre-indication. Quelques pétéchies font encore de-ci de-là leur apparition de temps en temps, même si les plaquettes de ma fille sont normales, je ne suis pas rassurée par rapport à cela.
    Désolée pour la longueur de mon message, rendez-vous pris avec la pédiatre pour le 18 juillet pour la primo-vaccination, je suis en pleine hésitation. Pouvez-vous m'éclairer s'il vous plaît? Merci beaucoup d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à vous et merci de vos encouragements.
      Pour ma part j'aurais tendance à attendre encore 2 ou 3 mois du fait de ce purpura viral (purpura rhumatoïde ?) qui ne semble pas encore totalement résolu. J'ai peur qu'une nouvelle stimulation imunitaire redcléchence une poussée évolutive.
      Il n'y a de plus pas d'urgence pour cet été ni de risques de tétanos si votre enfant marche en milieu campagnard du moment qu'elle n'est pas pieds nus sur la terre et que vous lavez puis désinfectez toute plaie cutanée éventuelle. Sinon vous pourrez utiliser bien sûr les deux vaccins qui ont la même composition en matière de valences vaccinales.

      Supprimer
  109. Coucou les mamans et papas... Un petit message pour vous informer que j'ai pu me procurer le vaccin DTCoqPolio. On a du passer la frontière française mais ca valait le coup. Mon petit bout d'chou va avoir 6 mois et il n'a reçu aucun vaccin jusque là... et oui j'attendais le retour des vaccins DTCP en France... Son entrée en crèche en septembre m'a obligée à réagir. Alors si ca vous intéresse, n'hésitez pas à m'écrire pour info le vaccin injecté est INFANRIX ! et oui comme quoi le labo GSK continue de le produire mais pas pour les français.

    RépondreSupprimer
  110. Bonjour Docteur et merci pour le travail d'information que vous menez. Je souhaite demander votre avis quant au vaccin ROR. J'ai fait vacciner ma fille, alors à l'âge de 3 ans (maintenant elle a 7 ans) et pendant une semaine, elle a eu une réaction vaccinale avec fièvre, pas très élevée,mais surtout un changement de comportement: apathique, peu réactive. J'ai refusé de faire le deuxième vaccin ROR et j'ai fait faire un dosage d'anticorps qui a été positif. Malgré cela, mon pédiatre m'incite à faire le vaccin et aussi pour ma 2eme fille (5 ans), qui a des antécédents de convulsions fébriles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour votre ainée, il est effectivement inutile de réaliser un rappel de vaccin ROR si elle possède un taux d'anticorps anti-rougeoleux post-vaccinal suffisant. Le seul problème, pour une enfant de sexe féminin, sera la présence également d'un taux d'anticorps contre la rubéole suffisant à l'âge adulte, lorsqu'elle sera susceptible d'être enceinte. Il serait souhaitable à cette période, avant un éventuel projet de grossesse, de réaliser ce dosage des anticorps résiduels anti-rubéoleux. Si ces anticorps sont à taux non protecteur, il sera alors temps de faire un rappel.
      Pour votre seconde fillette, les convulsions fébriles existent surtout jusqu'à l'âge de 4 ans et deviennnent exceptionnelles ensuite plus l'âge avance. Si vous craignez qu'elle ait une convulsion à l'occasion de la réaction fébrile post-vaccinale du ROR (qui n'est pas systématique cependant), vous pouvez attendre quelques mois bien sûr. Tout en sachant que la rougeole est une maladie très fébrile (40° en général) et même si elle est devenue exceptionnelle en France depuis la généralisation de la vaccination, il existe parfois de petits foyers épidémiques par intermittence et ce risque n'est donc pas nul.

      Supprimer
  111. Bonjour, j'aide mon fils dans sa recherche de vaccin DTCoqPolio pour sa fille qui doit se faire vacciner en septembre. Comment avez-vous fait pour trouver ce vaccin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est actuellement possible de se procurer un vaccin DTCoqPolio+Haemophilus commercialisé sous le nom de Pentavac. si on désire ne faire que les vaccinations DTcoqPolio, sans le vaccin contre l'Haemophilus Influenzae, il suffit de ne pas reconstituer la partie liquide en seringue (contenant le DTCoqPolio) avec le vaccin Haemophilus qui est inclus dans un petit flacon séparé sous forme lyophilisée.

      Supprimer
    2. Bonjour, il existe un vaccin DTPCoq (Tétravac) trouvé en Haute-Savoie

      Supprimer
  112. Bonjour Docteur. Je voulais vous demander si la vaccination était obligatoire pour un enfant de moins de 18 mois s'il va chez une assistante maternelle et non une crèche ? Car je voudrais attendre pour le vacciner mais je voudrais votre avis sur la question ?

    RépondreSupprimer
  113. En France les vaccinations obligatoires (DTPolio) doivent être débutées avent l'âge de 18 mois. Vous avez donc effectivement quelques mois pour cela.

    RépondreSupprimer
  114. DUREL Charlotte19 août 2016 à 14:26

    Je tiens tout d'abord à vous remercier pour votre article si bien détaillé. Que c'est rassurant de voir qu'on peut encore nous apporter la vérité. J'ai également lu certains des commentaires.Ma fille va sur ses 3 mois et je refuse le vaccin Infanrix Quinta que l'on m'a prescrit. J'ai téléphoné à plusieurs pharmacies de ma région afin d'obtenir l'Infanrix Tétra, en vain. Une pharmacie à le Tétravac. J'ai lu dans un de vos commentaires que celui-ci avait un adjuvant nommé "formaldéhyde". Cet adjuvent n'est pas présent dans l'Infanrix Tétra ? Est-ce une des raisons pour lesquelles le Tétravac est plus simple à trouver? Je connais quelqu'un qui a réussi à obtenir l'Infanrix Tétra sur liste d'attente (autre région que la mienne). Je suis tellement outrée que les pharmacies de ma région me disent qu'ils ne font plus le vaccin. Malheureusement ils pensent tomber sur plus bête qu'eux et que l'on va dire oui au vaccin à 6 souches. J'ai un défaut, c'est d'être têtue concernant les choix de mon enfant. En résumé: est-ce que le Tétravac est exactement le même vaccin que l'Infanrix Tétra ? Ma fille ne va pas chez l'assistante maternelle à la rentrée: est-ce que ce n'est pas grave si je ne la fais pas vacciner tant que je n'aurai pas trouvé le vaccin qui me convient et qui est en accord avec mes choix de mère ? Merci à vous de prendre le temps de m'éclairer. Merci de prendre le temps de nous dire ce que l'on nous cache.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Infanrix Tétra contient des "résidus" d" formaldéhyde d'après sa composition officielle donc en surement plus faible quantité que le vaccin Tétravac, contenant tous les mêmes valences DTCoqPolio. Les difficultés d'approvisionnement sont liées à des politiques de commercialisation des laboratoires producteurs et non à cette différence mineure de composition (Il est plus rentable de vendre de l'Infantix Hexa que du Tétra). S'il n'y a pas d'urgence et de vie en collectivité immédiate, vous pouvez effectivement attendre quelques semaines et commander le vaccin qui vous semble le plus approprié. Bien cordialement.

      Supprimer
  115. Merci pour toutes ces précieuses informations. En les lisant je me demande d'ailleurs, si j'ai fait le bon choix. Ma fille a eu 2 mois il y a 5 jours et va se faire vacciner demain. Ne souhaitant faire que les vaccins obligatoires et ne trouvant pas le DT polio uniquement, je me suis rabattue sur le Boostrix. Ma fille est allaitée exclusivement et j'espère le faire jusqu'à ses 6 mois. Elle entre en micro-crèche le 7 septembre mais commence les journées d'adaptation la semaine qui arrive. Est-il réelement nécessaire d'ajouter le vaccin contre l'Haemophilus ?
    Je vous remercie par avance

    RépondreSupprimer
  116. Le vaccin Boostrix est un vaccin DTCoqPolio mais dont les valences de la coqueluche et de la diphtérie sont moins dosées que dans les vaccins classiquement utilisés à cet âge (Infanrix, Pentavac, Tétravac...). Il sera donc préférable de réaliser trois injections la première année, au lieu de deux préconisées avec les vaccins habituellement utilisés à cet âge.
    Par ailleurs, le vaccin anti-Haemophilus peu être fait séparément, commercialisé sous le nom d'Act-HiB. Il ne nécessite que 2 injections la première année plus un rappel 6 à 12 mois plus tard. Il me parait recommandé chez un enfant fréquentant la collectivité car le risque d'infection invasive grave (méningite, septicémie, épiglottte) n'est pas nul à cet âge de la vie et ce vaccin est efficace et bien toléré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, nous revenons de chez la pédiatre qui a tout simplement refusé catégoriquement de vacciner ma fille avec le vaccun Boostrix Tétra... Finalement il faut faire confiance à qui ? Il est normal qu'avec ce genre d'attitude, les parents se méfient de plus en plus des vaccins ...

      Supprimer
  117. Ma fille a 7 mois et la semaine dernière, elle a eu sa première vaccination, un Tétravac. Elle a fait 40° de fièvre pendant 24h et qui baissait difficilement avec le Doliprane. Mais voilà que depuis une semaine, elle tousse, son comportement a changé et elle ne fait plus ses nuits. Elle se réveille en hurlant et elle est inconsolable, alors qu'elle dormait très bien auparavant. De plus, elle présente une induration, bénigne je sais, mais qui la gêne. Ce qui m'inquiète le plus, c'est que je ne reconnais plus ma fille si joviale. Le médecin me dit que ces effets sont normaux mais je me pose la question du rappel dans 2 mois du fait de ces cris la nuit et de son comportement inhabituel. Merci de m'éclairer sur ces effets.

    RépondreSupprimer
  118. La fièvre immédiate et transitoire après le vaccin Tétravac (DTCoqPolio) est effectivement très probablement en lien avec cette vaccination.
    Par contre la toux n'est pas un symptome habituel relevé parmi les effets indésirables du vaccin alors que les pleurs le sont mais pas de façon aussi prolongée. Lorsque les pleurs sont en lein avec le vacccin, ils accompagnenet souvent la période de fièvre et durent quelques heures ou au maximum deux jours.
    Il serait donc souhaitable de recherche une autre cause à ces pleurs nocturnes et à cette toux : otite, douleurs de reflux ?
    Tenez-nous au courant

    RépondreSupprimer
  119. Bonjour. Mon fils a eu 2 ans et demi hier et nous sommes toujours en attente de sa dernière injection d'Infanrix quinta (celle des 11 mois). Aujourd'hui, le pharmacien m'a dit qu'il avait 2 vaccins Pentavac en stock. J'aimerais savoir s'il s'agit du même vaccin, si oui peut-on lui injecter sachant que ses 2 premières injections étaient de l'Infanrix et j'aimerais également savoir si il n'y a pas de risques à lui donner sa 3ème injection aussi tardivement. D'avance je vous remercie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. vous pouvez réaliser un vaccin Pentavac (DTCoqPolio+Haemophilus) à la place du vaccin Infanrix Quinta. ce sont deux vaccins tout à fait équivalents et d'efficacité identiques. Le délai un peu plus long erntre les premeuères injections et ce rappel n'est pas un problème. Lorsqu'il s'agit d'un rappel, l'organisme garde la mémoire des premières injections et réagira aussi bien.

      Supprimer